Uni­ver­si­té Pa­ris-Sa­clay Le pro­jet au “point mort”

Le Nouvel Economiste - - Analyses -

La Cour des comptes re­com­mande la no­mi­na­tion d’un res­pon­sable in­ter­mi­nis­té­riel sur ce pro­jet ju­gé “au point mort”, et sur le­quel les dif­fé­rentes tu­telles des éta­blis­se­ments d’en­sei­gne­ment su­pé­rieur et de re­cherche se dé­chirent. “Le pro­jet d’uni­ver­si­té in­té­grée dans le cadre de l’ini­tia­tive d’ex­cel­lence est au­jourd’hui

dans l’im­passe”, écrivent les ma­gis­trats. De­puis la dé­ci­sion de Ni­co­las Sar­ko­zy, en 2008, de créer un ppôle scien­ti­fique et tech­no­lo­gique de rang mon­dial sur le pla­teau de Sa­clay, l’État y a in­ves­ti 5,3 Md €. Le site est cen­sé ras­sem­bler, à terme, 15 % de la re­cherche pu­blique fran­çaise au­tour des éta­blis­se­ments d’en­sei­gne­ment su­pé­rieur et de re­cherche fran­çais les plus pres­ti­gieux – uni­ver­si­té Pa­ris Sud, Po­ly­tech­nique, CNRS, CEA, etc. Mais ceux-ci n’ar­rivent pas à s’en­tendre sur un mode de gou­ver­nance. En ar­rière-plan, les dif­fé­rentes tu­telles des éta­blis­se­ments – mi­nis­tère de l’En­sei­gne­mentg su­pé­rieur, de la Dé­fense, Ber­cy – se dé­chirent.“L’État se ré­vèle in­ca­pable de par­ler d’une

seule voix” sur ce pro­jet, de fait “en sus­pens”, in­dique la Cour. Le“pi­lo­tage dé­faillant” pèse lourd sur “le risque de di­lu­tion d’une grande am­bi­tion”, pointe-t-elle. Au­tre­ment dit que“le pro­jet de Pa­ris-Sa­clay ne se ré­sume à un rap­pro­che­ment géo­gra­phique d’éta­blis­se­ments d’en­sei­gne­ment su­pé­rieur et de re­cherche peu ac­ces­sibles au­jourd’hui, sans co­hé­rence réelle ni vi­si­bi­li­té in­ter­na­tio­nale”.

Les Échos - 08/02

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.