Le SMS, nou­veau ca­nal de don

Le Nouvel Economiste - - Dossier -

De­puis la pro­mul­ga­tion de la loi Ré­pu­blique nu­mé­rique à l’au­tomne 2016, le don par SMS est au­to­ri­sé en France. Ce der­nier était très at­ten­du par les as­so­cia­tions, car il cor­res­pond aux nou­veaux modes de vie et de consom­ma­tion des Fran­çais, et per­met d’at­ti­rer de nou­veaux do­na­teurs, no­tam­ment les moins de 35 ans. Le prin­cipe est simple : le do­na­teur en­voie un SMS à l’or­ga­nisme ca­ri­ta­tif de son choix, iden­ti­fié par un nu­mé­ro court. Il re­çoit en re­tour un mes­sage SMS de la part de l’as­so­cia­tion confir­mant le paie­ment du don. Le don se­ra pré­le­vé sur sa fac­ture té­lé­pho­nique. De son cô­té, l’opé­ra­teur té­lé­pho­nique trans­fère les fonds di­rec­te­ment aux as­so­cia­tions concer­nées. Ce­la évite au do­na­teur de trans­mettre in­for­ma­tions per­son­nelles et co­or­don­nées ban­caires. Chaque don par SMS est li­mi­té à 10 eu­ros, avec un pla­fond fixé à 300 eu­ros par mois. L’as­so­cia­tion ne peut re­ce­voir plus de 50 eu­ros par mois du même do­na­teur. Elle n’a ac­cès ni à son nom, ni à son adresse. Ce­pen­dant, les or­ga­nismes ca­ri­ta­tifs peuvent conti­nuer à in­ter­agir via SMS avec les do­na­teurs après le don. Le sys­tème est gé­ré par l’As­so­cia­tion fran­çaise du mul­ti­mé­dia mo­bile (AFMM), à qui les as­so­cia­tions doivent de­man­der un nu­mé­ro court. Au Royaume-Uni, où la pra­tique existe de­puis 2010, “les dons par SMS pour l’Uni­cef ont re­pré­sen­té 150 mil­lions de livres en 2015, contre 42 mil­lions en 2011”, pré­cise Nol­wenn Pou­pon, res­pon­sable des études et de la com­mu­ni­ca­tion pour France gé­né­ro­si­tés. Le syn­di­cat, qui fé­dère 89 or­ga­nismes ca­ri­ta­tifs, es­père une crois­sance ra­pide des dons par SMS. “Ce type de don cor­res­pond à l’es­prit des di­gi­tal na­tives. Mais pour qu’il puisse être ef­fi­cace, il faut com­mu­ni­quer au­près du grand pu­blic”, ex­plique Nol­wenn Pou­pon. Une li­mite ma­jeure pour les pe­tites as­so­cia­tions, qui n’ont pas les moyens fi­nan­ciers ni d’or­ga­ni­ser une com­mu­ni­ca­tion grand pu­blic, ni de payer la re­de­vance à l’AFMM.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.