L’ef­fon­dre­ment du jour­nal im­pri­mé

Le Nouvel Économiste - - A LA UNE - *Eco­no­mie de la presse à l’ère nu­mé­rique, Le Floch, Son­nac, La Dé­cou­verte 2013

La sup­pres­sion de la dé­cla­ra­tion d’im­pôt pa­pier, la fin des ti­ckets res­tau­rants, l’ex­tinc­tion de l’ar­gent li­quide, alors pour­quoi pas celle du jour­nal im­pri­mé? De­puis le dé­bou­lé de l’In­ter­net au mi­lieu des an­nées 90, la ques­tion de la mise à la re­traite de la ma­tière de base de l’in­for­ma­tion est ré­gu­liè­re­ment po­sée. À me­sure que se dé­ve­loppe le di­gi­tal, l’élé­ment pa­pier est de moins en moins in­dis­pen­sable. L’or­di­na­teur et l’In­ter­net y sont pour beau­coup, le smart­phone et les ré­seaux mo­biles en­foncent le clou. L’in­for­ma­tion du monde en­tier tient dé­sor­mais dans le creux de nos mains. Alors a-t-on en­core be­soin du pa­pier? Coup d’oeil dans le ré­tro­vi­seur : les sup­ports ra­dios et té­lé­vi­sions n’ont pas rem­pla­cé le sup­port presse. Alors pour­quoi donc le nu­mé­rique y par­vien­drait-il ? Cer­tains se sont ris­qués à en­vi­sa­ger la fin de la presse im­pri­mée : une en­quête dif­fu­sée sur Arte en 2015 évo­quait l’ex­tinc­tion des jour­naux pays par pays en s’ap­puyant sur une étude d’un cher­cheur. Quelques dates de dis­pa­ri­tion: 2022 en Aus­tra­lie, 2024 en Es­pagne, 2029 en France, 2030 en Al­le­magne, 2017 aux États-Unis... A prio­ri ra­té. Pour­tant, la dy­na­mique n’est pas en fa­veur du pa­pier. Le pa­pier est af­fai­bli par la concur­rence des écrans. Plus le temps passe, plus la struc­ture de coûts de l’im­pri­mé souffre de la com­pa­rai­son avec le nu­mé­rique. Dis­tri­bu­tion et fa­bri­ca­tion re­pré­sentent jus­qu’à 55 % des coûts dans la presse quo­ti­dienne (PQN) et 60 % dans la presse ma­ga­zine*. Pour y faire face, les édi­teurs – en par­ti­cu­lier de PQN – ont créé des mo­dèles d’en­tre­prise ca­rac­té­ri­sés par des éco­no­mies d’échelles. Chaque hausse de la dif­fu­sion per­met­tant d’amor­tir sur un plus grand nombre d’exem­plaires les coûts fixes en­ga­gés. Seul pro­blème: la ten­dance ac­tuelle est à la baisse de la dif­fu­sion pa­pier donc à l’aug­men­ta­tion du coût moyen de l’exem­plaire. Ain­si, moins le lec­teur lit un jour­nal pa­pier, plus cet im­pri­mé coûte cher à fa­bri­quer et dis­tri­buer. Ces der­nières an­nées, les jour­naux ont com­pen­sé cette mé­ca­nique in­fer­nale en aug­men­tant les prix de vente des pro­duits. Vien­dra un jour où les édi­teurs fe­ront face au “mur” in­dus­triel du pa­pier. C’est à ce mo­ment-là que le pa­pier dis­pa­raî­trait. Ou a dé­faut de­vien­dra un pro­duit de luxe.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.