“La fraude réa­li­sée au tra­vers du ca­nal té­lé­pho­nique est de plus en plus per­ni­cieuse, d’au­tant que dans l’IT, on peut pra­ti­que­ment tout sé­cu­ri­ser sauf le té­lé­phone”

Le Nouvel Économiste - - DOSSIERS -

“Le moyen le plus na­tu­rel pour un être hu­main est de com­mu­ni­quer avec sa voix”, fait re­mar­quer Vincent Pa­jot, res­pon­sable Eu­rope du sud de la so­cié­té amé­ri­caine Pin­drop, spé­cia­li­sée dans les so­lu­tions de pro­tec­tion et d’au­then­ti­fi­ca­tion pour les centres d’ap­pels. À force d’avoir le nez et les yeux col­lés sur nos de­vices, on au­rait ten­dance à l’ou­blier. Ce qui n’est pas for­cé­ment le cas des frau­deurs. “La fraude est om­ni­ca­nale ; celle réa­li­sée au tra­vers du ca­nal té­lé­pho­nique est de plus en plus per­ni­cieuse, d’au­tant que dans l’IT, on peut pra­ti­que­ment tout sé­cu­ri­ser sauf le té­lé­phone”, sou­ligne Vincent Pa­jot. Pin­drop pro­pose des lo­gi­ciels éva­luant le ni­veau de risque de chaque ap­pel pour éta­blir les pro­fils des frau­deurs. Dès le pre­mier ap­pel, Pin­drop pro­cé­de­ra à une em­preinte acous­tique du mo­bile et se­ra en me­sure de dé­tec­ter des ano­ma­lies. “Chaque por­table dis­pose d’un son dif­fé­rent in­au­dible à l’oreille hu­maine. Nous pro­cé­dons en­suite à un croi­se­ment d’in­for­ma­tions en temps réel et éta­blis­sons un sco­ring, trans­mis au té­lé­con­seiller en moins de 30 se­condes”, ex­plique Vincent Pa­jot. Pas­sport, une so­lu­tion mul­ti­fac­to­rielle, per­met de pro­cé­der si­mul­ta­né­ment à une ana­lyse com­por­te­men­tale du consom­ma­teur, une bio­mé­trie vo­cale et une ana­lyse du té­lé­phone. “Le pro­duit se met en place grâce à un en­rô­le­ment pas­sif, non in­tru­sif, qui en­re­gistre l’em­preinte vo­cale d’une per­sonne en quelques se­condes. Ce­la per­met une ex­pé­rience client plus fluide et une au­then­ti­fi­ca­tion pas­sive de tous les cor­res­pon­dants”, ex­plique Vincent Pa­jot. “La bio­mé­trie vo­cale est intéressante car elle per­met une ex­pé­rience client amé­lio­rée et sans fric­tion”, ajoute ce der­nier. La fraude vo­cale pour­rait être ame­née à évo­luer. Se­lon une étude réa­li­sée par Pin­drop, “l’éco­no­mie conver­sa­tion­nelle”, ba­sée sur l’uti­li­sa­tion de la voix, se­rait ame­née à se dé­ve­lop­per très ra­pi­de­ment : 67 % des so­cié­tés pré­voient d’uti­li­ser très pro­chai­ne­ment des as­sis­tants vo­caux pour leurs in­ter­ac­tions avec les consom­ma­teurs.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.