For­mats - Vi­déo, le mot est lâ­ché

Le Nouvel Économiste - - A LA UNE -

Il s’ap­pelle Brut, il est un peu le phé­no­mène du mo­ment. En té­moigne les 10 mil­lions d’eu­ros le­vés par la pla­te­forme fran­çaise il y a quelques se­maines. La so­cié­té, qui re­ven­dique au­jourd’hui 400 mil­lions de vues men­suelles, veut “de­ve­nir le lea­der mon­dial de l’in­for­ma­tion en vi­déo sur les ré­seaux so­ciaux à l’ho­ri­zon 2020”. Vi­déo, le mot est lâ­ché. Le for­mat fait rê­ver plus d’un mé­dia. D’après les chiffres de Mé­dia­mé­trie, 28,4 mil­lions de personnes ont re­gar­dé des vidéos sur or­di­na­teur en avril 2018, soit près de la moi­tié de la po­pu­la­tion fran­çaise. Les vi­déo­nautes consacrent en moyenne 4 h 43 par mois de “leur temps de cer­veaux dis­po­nibles”. Le for­mat fait fi­gure de re­lais de crois­sance pour les groupes presse écrite. En France, Le Fi­ga­ro et Le Monde sont par­ti­cu­liè­re­ment of­fen­sifs. De­puis main­te­nant un an, le quo­ti­dien conser­va­teur pro­pose des flux vidéos en­ri­chis dif­fu­sés le plus sou­vent en di­rect.

Dès 2007, le titre avait créé “Le Talk”, pre­mière émis­sion po­li­tique quo­ti­dienne dif­fu­sée en di­rect sur son site, avant de créer d’autres ren­dez-vous comme “Le Buzz”. Son concur­rent di­rect n’est pas en reste mais dé­ve­loppe un autre po­si­tion­ne­ment cen­tré au­tour de l’ex­pli­ca­tion. “Sur le mo­dèle de Vox aux État­sU­nis, nous cher­chons à ré­pondre aux ques­tions que se posent nos lec­teurs, mais aus­si à celles qu’ils ne se posent pas en­core, ba­layant à la fois des su­jets an­crés dans l’ac­tua­li­té, des élé­ments du quo­ti­dien et des thèmes proches de la

phi­lo­so­phie”, ex­plique Le Monde. Au-de­là de l’in­té­rêt éditorial de pro­po­ser des “nou­velles écri­tures” aux in­ter­nautes, quel est l’in­té­rêt pour des mé­dias de presse écrite de pro­po­ser de l’au­dio­vi­suel ? Pri­mo, il s’agit de ré­pondre aux at­tentes de lec­teurs de plus en plus friands de conte­nus de ce type. L’autre bé­né­fice est mar­ke­ting et pu­bli­ci­taire. La vi­déo a un im­pact sur le ré­fé­ren­ce­ment et les ré­seaux so­ciaux. Se­lon l’agence di­gi­tale TheE­word, elle est un élé­ment clé d’au­dience et de tra­fic sur les sites web des édi­teurs. Quelques chiffres : la crois­sance or­ga­nique pro­ve­nant des mo­teurs de re­cherche aug­mente de 157 % avec du conte­nu vi­déo. Si une page In­ter­net contient une vi­déo, les in­ter­nautes passent 88 % de temps en plus sur le site, con­trai­re­ment à ce­lui qui n’en contient pas. La pré­sence d’une vi­déo sur-aug­men­te­rait les chances d’ap­pa­raître en pre­mière page de Google de 53 fois ! À voir… Plus cer­tai­ne­ment, tous ces nou­veaux for­mats per­mettent d’ac­croître de fa­çon si­gni­fi­ca­tive l’in­ven­taire pu­bli­ci­taire des édi­teurs. Même si la vi­déo reste un mé­dia dif­fi­cile à mo­né­ti­ser car il faut at­teindre une masse cri­tique d’au­dience pour qu’elle de­vienne éco­no­mi­que­ment in­té­res­sante.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.