Air France : vers une grève en juillet ?

Hier, les syn­di­cats sont res­sor­tis fu­rieux de leur réunion avec la di­rec­tion. Ré­sul­tat, la grève du 23 au 26 juin est main­te­nue et pour­rait même dé­bor­der sur juillet.

Le Parisien (Essonne) - - La Une - PAR MAT­THIEU PELLOLI

À AIR FRANCE, une nou­velle zone de tur­bu­lences pointe à l’ho­ri­zon et pour­rait ve­nir per­tur­ber les dé­parts en vacances dé­but juillet. Mo­tif : hier ma­tin, la di­rec­tion d’Air France n’a for­mu­lé au­cune pro­po­si­tion sa­la­riale en co­mi­té cen­tral d’en­tre­prise (CCE), contrai­re­ment à ce qu’es­pé­raient les syn­di­cats. Tout juste Anne-Ma­rie Cou­derc, la pré­si­dente par in­té­rim, a-t-elle pro­mis quelques « me­sures et ac­tions concrètes » pour ré­pondre au « ma­laise » du per­son­nel.

Exemples ? La di­rec­tion s’est en­ga­gée à ré­no­ver les lo­caux des agents de piste à Or­ly ou à ou­vrir de nou­velles chambres de re­pos. « Des pro­vo­ca­tions ! s’étrangle Guillaume Pol­lard, le pré­sident d’Al­ter, syn­di­cat du per­son­nel na­vi­gant tech­nique d’Air France. Si la di­rec­tion avait vou­lu mettre le feu, elle ne s’y se­rait pas prise au­tre­ment. »

« Du fou­tage de gueule, ful­mine de son cô­té Gré­goire Aplin­court, pré­sident du Syn­di­cat des pi­lotes d’Air France (Spaf). Les 4 000 pi­lotes dis­po­se­ront de 18 chambres de re­pos contre 9 ac­tuel­le­ment. Et les per­son­nels du hub (NDLR : dans le ter­mi­nal 2 de Rois­sy-Charles-deGaulle) ont ob­te­nu de pou­voir ga­rer leur vé­hi­cule dans le par­king le plus proche. Vous par­lez d’avan­cées sé­rieuses ! »

UN TIERS DU CHIFFRE D’AF­FAIRES RÉA­LI­SÉ EN ÉTÉ

Du coup, l’in­ter­syn­di­cale main­tient son pré­avis de grève du 23 au 26 juin in­clus. Et me­nace, par la voix de Gré­goire Aplin­court : « Nous pou­vons aus­si ral­lon­ger la du­rée, ra­jou­ter des jours, tout est pos­sible… » De quoi ac­cen­tuer la pres­sion sur la nou­velle di­rec­tion d’Air France mais sur­tout don­ner des sueurs froides… aux Fran­çais qui partent en vacances en juillet.

Pas sûr, ce­pen­dant, que ce scé­na­rio ca­tas­trophe suf­fise à ac­cé­lé­rer la sor­tie de crise. Car en cou­lisses, on mur­mure que, lors du CCE, le blo­cage est ve­nu des ad­mi­nis­tra­teurs de l’Etat, ac­tion­naire à 14,3 % d’Air France. Les ad­mi­nis­tra­teurs pu­blics sont hos­tiles à la re­va­lo­ri­sa­tion sa­la­riale ré­cla­mée par l’in­ter­syn­di­cale car « ils ne veulent sur­tout pas don­ner le sen­ti­ment que l’Etat lâche de l’ar­gent aux pi­lotes alors qu’il en pique aux che­mi­nots, confie une source proche du dos­sier. Ils sont prêts à faire perdre plus d’ar­gent en­core à la com­pa­gnie plu­tôt que de ris­quer de ra­vi­ver la grève à la SNCF… »

L’in­ter­syn­di­cale, qui ré­cla­mait 5,1 % d’aug­men­ta­tion, n’a ob­te­nu que 1 % d’aug­men­ta­tion gé­né­rale en 2018. Gâ­che­ra-t-elle les vacances des Fran­çais ? « Ce n’est pas ce que nous sou­hai­tons, as­sure Gré­goire Aplin­court sans pou­voir écar­ter cette hy­po­thèse. Car der­rière ce conflit, ce sont nos car­rières et nos vies qui sont en jeu. » L’in­ter­syn­di­cale se réuni­ra lun­di pour dé­ci­der de sa stra­té­gie, a in­di­qué hier le Syn­di­cat na­tio­nal des pi­lotes de ligne (SNPL).

Pour la com­pa­gnie elle-même, l’en­jeu est de taille. Air France, qui a dé­jà vu par­tir en fu­mée 400 M€ (pen­dant quinze jours de grève me­nés de­puis février), réa­lise près d’un tiers de son chiffre d’af­faires an­nuel du­rant la sai­son es­ti­vale. « La di­rec­tion ap­pelle l’in­ter­syn­di­cale à le­ver le pré­avis de grève qui ag­gra­ve­rait la si­tua­tion de l’en­tre­prise » in­sis­tait Air France hier dans son com­mu­ni­qué. Autre ar­gu­ment — qui n’au­ra pas échap­pé aux pas­sa­gers ! —, la grève « im­pac­te­rait lour­de­ment nos clients à la veille de la pé­riode es­ti­vale ».

L’in­ter­syn­di­cale se réuni­ra lun­di pour dé­ci­der de sa stra­té­gie a in­di­qué hier le Syn­di­cat na­tio­nal des pi­lotes de ligne (SNPL).

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.