Sur 80 pro­po­si­tions, quatre ont été re­te­nues

Le Parisien (Essonne) - - Le Grand Paris - J.VA.

À L’HAŸ-LES-ROSES (94), SUIVEZ LE SOL

L’idée semble - comme sou­vent as­sez simple - et pour­tant, elle est in­no­vante. L’en­tre­prise Ce­mex pro­pose un bé­ton drai­nant, dans le­quel se­ront in­sé­rées des formes géo­mé­triques, créées grâce à du gra­vier fluo­res­cent. Ces formes pour­ront être vues la nuit pour gui­der le voya­geur ou égayer un es­pace un peu sombre. « Au­tour de la fu­ture gare de Che­vil­ly-trois-com­munes (94), il y a des trot­toirs étroits, pas tou­jours agréables ou qui ne dé­gagent pas un sen­ti­ment de sécurité », dé­taille No­ra Lai­chour, char­gée de pro­mo­tion. « Nous avions donc ima­gi­né, avec notre so­lu­tion, des­si­ner par exemple des mar­gue­rites pour la rue des Mar­gue­rites », pour­suit Lu­cia Alar­con Ruiz, res­pon­sable mar­ke­ting. L’ex­pé­ri­men­ta­tion se­ra es­sen­tiel­le­ment me­née sur trois rues et pour­ra être mo­di­fiée au fil des six mois, en fonc­tion des re­tours des ha­bi­tants. LE MO­BI­LIER BOUGE AU GRÉ

DES ENVIES À MAS­SY (91)

Ici, le mo­bi­lier ur­bain qui ha­bille­ra la place à Mas­sy Opé­ra se­ra mo­bile. L’en­tre­prise Ra­zel-Bec va pro­po­ser des bancs, des mange-de­bout ou en­core des sièges po­sés sur des rails. Ain­si, en fonc­tion des be­soins ou des envies des usa­gers, ils pour­ront chan­ger de place. Par exemple, rap­pro­cher des sièges pour les groupes ou en éloi­gner pour pas­ser un coup de fil. Clin d’oeil au Grand Pa­ris Ex­press, les dos­siers des bancs et des chaises re­pré­sen­te­ront le plan du ré­seau. Le mo­bi­lier se­ra im­pri­mé en 3D. Et il se­ra équi­pé de puces, afin de dif­fu­ser des in­for­ma­tions aux voya­geurs qui s’en ap­prochent.

DES SIÈGES INTELLIGENTS À MONTFERMEIL (93)

Ici aus­si, l’ex­pé­ri­men­ta­tion va por­ter sur du mo­bi­lier. Me­ta­link Ur­ban/In­see­tu va tes­ter des ob­jets qui se pluggent dans le sol. « L’idée est de mo­du­ler très sim­ple­ment l’es­pace en fonc­tion de ce qu’on sou­haite faire, de la sai­son ou de l’évé­ne­ment, dé­taille Damien. Nous pro­po­sons donc de réa­li­ser un simple ca­rot­tage sur place puis d’y ins­tal­ler le mo­bi­lier se­lon le be­soin ». A l’image d’une pièce de Le­go, il suf­fi­ra par exemple, de « plug­ger » un sa­pin de Noël à la place d’une table lors des fêtes de fin d’an­née. En outre, le ma­té­riel dis­pose d’un sys­tème de ges­tion nu­mé­rique qui per­met de connaître son usage. Par exemple, sa­voir si le siège si­tué sur la droite de la place, est fré­quem­ment uti­li­sé,

« On peut ain­si adap­ter les lieux en fonc­tion des be­soins réels des usa­gers », pour­suit l’en­tre­prise.

À CHAM­PI­GNY (94), L’ÉCLAI­RAGE CHANGERA SE­LON LES SAI­SONS

Ici, le lau­réat, l’en­tre­prise Co­ma­te­lec Schré­der, va ex­pé­ri­men­ter l’in­fluence de la lu­mière sur le confort des gens. Une cou­leur de lu­mière se­ra d’abord tes­tée sur le res­sen­ti de tem­pé­ra­ture. « Par exemple, en pé­riode de ca­ni­cule, le mât dif­fu­se­ra un éclai­rage un peu plus froid. En hi­ver, lorsque les nuits sont longues, on op­te­ra pour quelque chose d’un plus chaud, « plus am­bré » », pré­cise Vincent Jac­quet, di­rec­teur ré­gio­nal de l’en­tre­prise. Dans des lieux plus re­cu­lés, on pour­ra en­core aug­men­ter l’in­ten­si­té de la lu­mière et ain­si la mo­du­ler pour amé­lio­rer le confort et le bien-être des ha­bi­tants et usa­gers de la gare.

L’en­tre­prise Co­ma­te­lec Schré­der, l’un des lau­réats, va ex­pé­ri­men­ter l’in­fluence de la lu­mière sur le confort des gens.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.