La fac­ture très sa­lée du su­per­mé­tro

Se­lon le site spé­cia­li­sé Mo­bi­lettre, le coût glo­bal de construc­tion des 200 km de nou­velles lignes du Grand Pa­ris Express at­tein­drait les 35 Mds€. Une ex­plo­sion de 25 % qui pour­rait re­mettre en cause une par­tie du pro­jet.

Le Parisien (Hauts de Seine) - - TRANSPORTS - PAR JEAN-GA­BRIEL BONTINCK

Le « chan­tier du siècle » es­til en train de dé­ra­per ? Les tra­vaux du Grand Pa­ris Express, su­per­mé­tro au­to­ma­tique consti­tué de 200 km de nou­velles lignes de mé­tro et de 68 gares en ban­lieue pa­ri­sienne, entrent à peine dans le dur que, dé­jà, la ques­tion du sur­coût du pro­jet vient les re­mettre en cause.

Se­lon le site spé­cia­li­sé Mo­bi­lettre, le chiffre de 35 Mds€ a été évo­qué, lors d’une réunion mi­nis­té­rielle à Ma­ti­gnon dé­but août. C’est au moins 8 mil­liards de plus (25 % de hausse) que le coût maxi­mal an­non­cé jus­qu’alors par la So­cié­té du Grand Pa­ris (SGP), en charge du pro­jet ! Un dé­ra­page qui a pous­sé le gou­ver­ne­ment à ré­flé­chir à des évo­lu­tions pos­sibles du sché­ma glo­bal du Grand Pa­ris, et à un contrôle plus strict des dé­penses de la SGP.

D’OÙ VIENT CE SUR­COÛT ?

Of­fi­ciel­le­ment, la SGP ne fait pas de com­men­taire. « Dans un chan­tier de cette am­pleur, les coûts sont sans cesse ré­éva­lués. Il est tou­jours dif­fi­cile de cal­cu­ler le coût pré­cis des aléas de chan­tier », ex­plique un proche du dos­sier. Le chiffre pha­rao­nique de 35 Mds€ n’est donc pas for­cé­ment exa­gé­ré. Cer­taines des 68 gares se­ront à 50 m sous terre, une pro­fon­deur ja­mais at­teinte en France. Pour ces tra­vaux in­édits, les mau­vaises sur­prises peuvent être lé­gion. Il suf­fit de voir les sou­cis de la ligne 14 après l’inon­da­tion porte de Cli­chy…

Les coûts peuvent aus­si être re­vus à la hausse en fonc­tion des ré­ponses aux ap­pels d’offres. Pour la ligne 15 Sud (Pont de Sèvres - Noi­syC­hamps), 3,7 Mds€ de mar­ché ont été at­tri­bués, es­sen­tiel­le­ment à Vin­ci, Bouygues et Eif­fage. De là à dire que ces géants du BTP ont pu s’en­tendre pour éva­luer les coûts à la hausse, il y a un pas que cer­tains com­mencent à fran­chir, même si rien n’est avé­ré. « Ce­la bruisse de ru­meurs. Quand des tron­çons dé­passent les 200 M€ par ki­lo­mètre, c’est qu’il y a un loup », glisse un bon connais­seur du Grand Pa­ris.

QUE VA FAIRE L’ÉTAT ?

Ac­tuel­le­ment, la SGP touche en­vi­ron 550 M€ d’ar­gent pu­blic par an, via une taxe spé­ciale Grand Pa­ris sur vos im­pôts lo­caux. Le reste du pro­jet est fi­nan­cé par l’em­prunt. Re­la­ti­ve­ment au­to­nome jus­qu’à pré­sent, la SGP semble dé­sor­mais dans le vi­seur de Ber­cy. Dif­fé­rents rap­ports ad­mi­nis­tra­tifs ont été réa­li­sés cette an­née sur la ques­tion, par l’ins­pec­tion des fi­nances, le Conseil gé­né­ral de l’en­vi­ron­ne­ment et dé­ve­lop­pe­ment du­rable (CGEDD) ou la Di­rec­tion gé­né­rale des in­fra­struc­tures, des trans­ports et de la mer (DGITM). Dé­sor­mais, alors que l’ob­ten­tion des JO 2024 est ac­quise — le Grand Pa­ris Express était pré­sen­té comme un des atouts ma­jeurs de la can­di­da­ture —, les langues com­mencent à se dé­lier et le ca­len­drier s’ac­cé­lère. Des an­nonces sont pos­sibles mar­di pour les As­sises de la mo­bi­li­té or­ga­ni­sées par le gou­ver­ne­ment et le 23 oc­tobre pour la con­fé­rence ter­ri­to­riale de l’Ile-deF­rance avec le pré­sident de la Ré­pu­blique.

LE PRO­JET EST-IL ME­NA­CÉ ?

« Dif­fi­cile po­li­ti­que­ment de re­non­cer à cer­taines lignes pro­mises aux élus et aux ha­bi­tants », fait va­loir un proche du dos­sier. Per­sonne n’évoque en­core des aban­dons de lignes, mais un chan­ge­ment de ca­len­drier est tou­jours pos­sible.

Se­lon Mo­bi­lettre, lors de la réunion du 2 août, « le Pre­mier mi­nistre a évo­qué ex­pli­ci­te­ment les lignes 17 (Saint-De­nis Pleyel - Le Mes­nilA­me­lot) et 18 (Or­ly - Ver­sailles), sus­cep­tibles d’être re­con­si­dé­rées dans leur ca­len­drier et leur di­men­sion­ne­ment ». Ces deux lignes coû­te­raient en­vi­ron 5 Mds€, pour un tra­fic voya­geur re­la­ti­ve­ment faible (seule­ment 15 000 voya­geurs par heure sur la 17 et 50 000 à 100 000 sur la 18). Pas sûr, dans ces condi­tions, que ces lignes voient le jour dès 2024 comme ce­la est ac­tuel­le­ment pré­vu…

Noi­sy-le-Grand (Seine-Saint-De­nis). Les tra­vaux ont com­men­cé pour la construc­tion du fu­tur mé­tro­du Grand Pa­ris. Ce chan­tier pha­rao­nique pour­rait être re­di­men­sion­né pour re­voir les coûts à la baisse.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.