N’ache­tez pas votre Le­vo­thy­rox sur In­ter­net

Des sites vendent, sans au­to­ri­sa­tion, des mé­di­ca­ments pré­sen­tés comme l’an­cienne for­mule du Le­vo­thy­rox. Les phar­ma­ciens s’en alarment. Se­lon nos in­for­ma­tions, une as­so­cia­tion de ma­lades de la thy­roïde va dé­po­ser plainte.

Le Parisien (Hauts de Seine) - - LA UNE -

AU TÉ­LÉ­PHONE, la voix est par­ti­cu­liè­re­ment ave­nante. « Je connais bien les symp­tômes avec la nou­velle for­mule du Le­vo­thy­rox. Là, vous avez des mé­di­ca­ments bien contrô­lés, pas dan­ge­reux ! », tente de convaincre notre in­ter­lo­cu­teur. « Là », c’est sur dif­fé­rents sites In­ter­net, dont Dok­te­ron­line. Nous avons pu joindre, sans pré­ci­ser que nous étions jour­na­listes, son ser­vice clients. En un clic, on peut s’y pro­cu­rer « en ligne » et « sans or­don­nance » ce qui est pré­sen­té comme de l’Eu­thy­rox 100 mcg, nom eu­ro­péen du com­pri­mé de Merck, équi­valent à l’an­cienne for­mule du Le­vo­thy­rox. Pour rap­pel, la nou­velle ver­sion de ce mé­di­ca­ment de la thy­roïde pres­crit à près de trois mil­lions de Fran­çais fait po­lé­mique, ac­cu­sée par des pa­tients de pro­vo­quer d’im­por­tants ef­fets in­dé­si­rables.

La ré­cente mise à dis­po­si­tion tem­po­raire (et li­mi­tée) d’Eu­thy­rox dans les phar­ma­cies fran­çaises n’a pas suf­fi à cal­mer les es­prits (lire ci-contre). « Ces sites jouent sur la peur des gens de ne pas avoir leur trai­te­ment », ac­cuse Gé­rard Bapt, an­cien dé­pu­té (PS) spé­cia­liste des ques­tions de san­té. Pro­blème : en ligne, ce Le­vo­thy­rox est cé­dé à prix d’or. Ré­cem­ment, on trou­vait même une en­chère (re­ti­rée de­puis) à 40 000 € sur eBay !

Sur Dok­te­ron­line, le mé­di­ca­ment est ven­du 107,50 € quand il coûte moins de 4 € en phar­ma­cie. « Il y a une consul­ta­tion mé­di­cale », jus­ti­fie le ser­vice clients. Evi­dem­ment, vous ne voyez pas de mé­de­cin mais rem­plis­sez un ques­tion­naire : « Si le mé­de­cin a des ques­tions, il vous en­voie un mail, si­non, pas de pro­blème », ex­plique-t-on. Mais sur­tout, per­sonne ne sait d’où viennent les mé­di­ca­ments dont on re­con­naît le pa­cka­ging de Merck. « Bien sûr, pas de nous », confirme le la­bo­ra­toire.

UNE VENTE EN LIGNE IN­TER­DITE

Alain Del­gutte, pré­sident du Con­seil cen­tral de l’ordre des phar­ma­ciens, s’in­té­resse lui aus­si de près à ces sites. « Dok­te­ron­line est ré­fé­ren­cé comme une plate-forme fai­sant l’in­ter­mé­diaire avec des phar­ma­cies an­glaises ou al­le­mandes. Mais qui dit que cet Eu­thy­rox est au­then­tique ? Il ne faut pas le com­man­der mais consul­ter son mé­de­cin », re­com­mande-t-il.

Et de rap­pe­ler la loi en vi­gueur : « En France, il est in­ter­dit de vendre en ligne des mé­di­ca­ments pres­crits sur or­don­nance. Or, c’est le cas pour Le­vo­thy­rox comme Eu­thy­rox. » Oui, mais au té­lé­phone, le site nous in­dique être ba­sé aux An­tilles néer­lan­daises : « La règle, c’est le pays de des­ti­na­tion. Per­sonne ne peut vendre en France un pro­duit sur or­don­nance quand bien même ce­lui­ci se­rait en vente libre dans un autre pays », ré­torque Alain Del­gutte.D’au­tant plus que le « conseiller » au bout du fil as­sure que nous pou­vons « cou­per » le com­pri­mé d’Eu­thy­rox s’il n’est pas au bon do­sage… « Pure fo­lie ! Ce mé­di­ca­ment doit être pris au gramme près, si­non c’est très dan­ge­reux » s’of­fusque Chan­tal L’Hoir, pré­si­dente de l’As­so­cia­tion fran­çaise des ma­lades de la thy­roïde. L’avo­cate de l’as­so­cia­tion, Ma­rie-Odile Ber­tel­la-Gef­froy, nous an­nonce avoir pré­pa­ré contre ces sites une plainte pour mise en dan­ger de la vie d’au­trui qu’elle dé­po­se­ra dans les jours qui viennent.

PAR FLO­RENCE MÉRÉO QUI DIT QUE CET EU­THY­ROX EST AU­THEN­TIQUE ? IL NE FAUT PAS LE COM­MAN­DER MAIS CONSUL­TER SON MÉ­DE­CIN ALAIN DEL­GUTTE, PRÉ­SIDENT DU CON­SEIL CEN­TRAL DE L’ORDRE DES PHAR­MA­CIENS

Sans or­don­nance et contre 100 € ou plus, des sites vendent l’an­cienne for­mule du Le­vo­thy­rox. Pro­hi­bi­tif... et illé­gal.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.