Le bit­coin au che­vet des océans

Comment fi­nan­cer ses ex­pé­di­tions ? La Fon­da­tion Ta­ra a ima­gi­né un in­croyable sys­tème. Une pre­mière.

Le Parisien (Hauts de Seine) - - SOCIÉTÉ - JOF­FREY VOVOS

DEUX CENTS EU­ROS ré­col­tés en un mois : le bi­lan est maigre. « Ce n’est qu’une goutte d’eau dans l’océan », re­con­naît Ro­main Troublé, di­rec­teur gé­né­ral de Ta­ra. Cette fon­da­tion, spé­cia­li­sée dans la re­cherche ma­rine, s’est lan­cée dans une drôle d’opé­ra­tion : gé­né­rer des fonds pour ses ex­pé­di­tions scien­ti­fiques grâce au bit­coin, une mon­naie vir­tuelle.

Le prin­cipe : une pe­tite tur­bine hy­drau­lique, émer­gée au large du Mor­bi­han, four­nit de l’élec­tri­ci­té à un or­di­na­teur ca­pable de sé­cu­ri­ser des tran­sac­tions fi­nan­cières réa­li­sées dans la de­vise nu­mé­rique. A chaque fois, une pe­tite ré­tri­bu­tion est re­ver­sée au pro­prié­taire de l’or­di­na­teur. C’est ce dis­po­si­tif, to­ta­le­ment in­édit, qu’a dé­voi­lé la fon­da­tion. De­puis quinze ans, Ta­ra cherche à mieux ap­pré­hen­der l’im­pact du chan­ge­ment cli­ma­tique sur l’océan. Sa goé­lette mul­ti­plie les ex­pé­di­tions. Elle en a dé­jà onze au comp­teur. Le na­vire a par­cou­ru l’Arc­tique pour étu­dier la ban­quise, na­vi­gué dans toutes les mers du globe à la dé­cou­verte du planc­ton ou sillon­né la Mé­di­ter­ra­née pour me­su­rer l’im­pact de la pol­lu­tion des plas­tiques.

Des mis­sions qui coûtent très cher et sont par­fois dif­fi­ciles à fi­nan­cer. Celle en cours dans le Pa­ci­fique pour étu­dier les ré­cifs co­ral­liens est es­ti­mée à 5 M€. « Or, il nous manque tou­jours 25 % de cette somme pour bou­cler le bud­get », re­grette-t-on au siège de la fon- da­tion. D’où l’idée de ce re­cours in­édit au bit­coin.

L’opé­ra­tion est avant tout un coup mé­dia­tique. « Cette ins­tal­la­tion ne per­met­tra en au­cun cas de cou­vrir les be­soins de la re­cherche scien­ti­fique, ce n’est qu’une […] mi­nime contri­bu­tion sym­bo­lique ap­por­tée aux ex­pé­di­tions me­nées par Ta­ra, sou­ligne Ro­main Troublé, dans un com­mu­ni­qué. C’est ce­pen­hier dant un moyen fort qui per­met de rap­pe­ler que seule la mo­bi­li­sa­tion de tous per­met­tra de fi­nan­cer la re­cherche pour étu­dier, com­prendre et mieux pré­ser­ver l’océan de­main. »

Se­lon la fon­da­tion, « l’en­vi­ron­ne­ment re­pré­sente moins de 3 % des dons faits aux as­so­cia­tions ca­ri­ta­tives » alors que les en­jeux pour la pla­nète sont co­los­saux. La goé­lette, ac­tuel­le­ment à Shan­ghai (Chine), va no­tam­ment étu­dier en juin « le 7e conti­nent », un im­mense amas de dé­chets en plas­tique dans le nord de l’océan Pa­ci­fique, gros comme six fois la France.

Pour sou­te­nir la Fon­da­tion Ta­ra, ren­dez-vous sur : dons.ta­raex­pe­di­tions.org.

“SEULE LA MO­BI­LI­SA­TION DE TOUS PER­MET­TRA DE FI­NAN­CER LA RE­CHERCHE POUR ÉTU­DIER, COM­PRENDRE ET MIEUX PRÉ­SER­VER L’OCÉAN RO­MAIN TROUBLÉ, DI­REC­TEUR DE LA FON­DA­TION TA­RA

La goé­lette « Ta­ra » mul­ti­plie les ex­pé­di­tions dans le monde pour étu­dier les chan­ge­ments cli­ma­tiques.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.