Le titre ne dé­chaîne pas les pas­sions

Les sup­por­teurs es­timent que ce 7e titre de cham­pion de France est un « maigre lot de conso­la­tion » après l’échec eu­ro­péen.

Le Parisien (Hauts de Seine) - - SPORTS - PAR SYL­VIE DE MACEDO

FOOT­BALL. Le 7e sacre du PSG ne sus­cite pas un en­thou­siasme dé­me­su­ré au­près des fans. Est-ce un titre sans sa­veur ? Do­mi­nique Ba­the­nay et Re­né Gi­rard ne par­tagent pas le même point de vue.

du Parc des Princes, à peine quinze mi­nutes après le coup de sif­flet fi­nal, seule une poi­gnée de sup­por­teurs flâne en­core. En ce di­manche soir, le PSG vient pour­tant de rem­por­ter le 7e titre de cham­pion de France de son his­toire au terme d’une pres­ta­tion éblouis­sante face au te­nant du titre, Mo­na­co (7-1).

« On a vu du très beau jeu. On a aus­si pris une belle re­vanche sur les Mo­né­gasques avec un match pour le titre fan­tas­tique », sou­ligne Vincent, 23 ans, de Sar­trou­ville (Yve­lines). « Je fé­li­cite éga­le­ment le sé­rieux et l’im­pli­ca­tion des joueurs que ce soit en coupes ou en Ligue 1 », pour­suit presque mé­ca­ni­que­ment Alexan­dra, 33 ans, d’An­to­ny (Hautsde-Seine).

LA SUR­PRISE TARDE À VE­NIR

Les mots sont sin­cères, mais le coeur n’y est pas vrai­ment. Car les mo­tifs de sa­tis­fac­tion s’ar­rêtent là. Les fans pa­ri­siens peinent à s’en­flam­mer de­vant ce nou­veau tro­phée. « Je l’échan­ge­rais vo­lon­tiers contre une de­mi-fi­nale de la Ligue des cham­pions, sou­pire Ju­lien, 18 ans, de Pa­ris. J’étais là pour les quatre der­niers sacres. Mais ce­lui­ci, c’est une maigre conso­la­tion, un titre au ra­bais. En France, l’équipe a fait un su­per-bou­lot. Mais cette sai­son, on vou­lait sur­tout vi­brer sur la scène eu­ro­péenne. »

Les sup­por­teurs pa­ri­siens se­raient-ils de­ve­nus des en­fants gâ­tés ? « On nous vend la Ligue des cham­pions de­puis des sai­sons, ré­pond Alexan­dra. Lorsque le club re­crute Ney­mar et Mbap­pé, ce n’est pas juste pour ga­gner le cham­pion­nat. C’était le strict mi­ni­mum. »

Le sup­por­teur n’est pas un pa­ra­doxe près. S’il aime voir son équipe écra­ser la Ligue 1, il dé­plore le manque de sus­pense. « Je ne di­rais pas que c’était trop fa­cile. Mais il n’y a plus de sur­prise. On sa­vait qu’on se­rait cham­pion, lâche Vincent. Mo­na­co, l’an der­nier, c’était un ac­ci­dent.

LORSQUE LE CLUB RE­CRUTE NEY­MAR ET MBAP­PÉ,CE N’EST PAS JUSTE POUR GA­GNER LE CHAM­PION­NAT ALEXAN­DRA, SUPPORTRICE

Le PSG a juste re­trou­vé sa place. Ce titre n’ef­face pas la dé­cep­tion née de l’éli­mi­na­tion face au Real. »

A quelques mètres de là, Pa­trick, 65 ans, sup­por­teur « de­puis tou­jours » in­ter­vient : « On voit que vous n’avez pas connu les an­nées maigres du club. Il y a dix ans, on jouait le main­tien, on as­sis­tait à des pauvres matchs. Alors il ne faut pas bou­der son plai­sir de­vant un tel titre », s’in­digne-t-il. Cet an­cien abon­né de la tri­bune Bou­logne de­mande de la pa­tience : « Le PSG ne ga­gne­ra pas la Ligue des cham­pions en in­ves­tis­sant des mil­lions chaque sai­son. Re­gar­dez Chel­sea, Ci­ty… Il faut lais­ser le temps au club de se cons­truire une his­toire en Eu­rope. Et la pre­mière étape, c’est de mul­ti­plier les tro­phées na­tio­naux. » Dans ce do­maine-là au moins, le PSG est sur la bonne voie.

Parc des Princes (Pa­ris), di­manche. Si le 7e titre de cham­pion de France a sus­ci­té l’ex­plo­sion de joie des joueurs, elle n’a pas créé le même ef­fet chez les sup­por­teurs.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.