Tout baigne pour le Bré­sil

La Se­le­çao s’est en­traî­née pour la deuxième fois hier à Sot­chi dans une am­biance dé­ten­due.

Le Parisien (Hauts de Seine) - - SPORTS - FRÉ­DÉ­RIC GOUAILLARD À SOT­CHI (RUS­SIE)

« AU NI­VEAU DE L’AM­BIANCE, c’est l’un des meilleurs groupes avec le­quel j’ai tra­vaillé dans ma vie. Et pour créer cette at­mo­sphère, nous es­sayons de par­ler, d’échan­ger des idées, de connaître les ca­rac­té­ris­tiques de l’autre. Notre but, au fi­nal, est de pra­ti­quer un foot­ball joyeux. »

Pau­lin­ho, le mi­lieu de ter­rain de la Se­le­ção, a dres­sé hier le ta­bleau d’une sé­lec­tion bré­si­lienne bien dans ses cram­pons. De­puis di­manche soir, les par­te­naires de Ney­mar ont po­sé leurs va­lises à Sot­chi, dans le sud de la Rus­sie. Leur hô­tel de luxe est si­tué à deux pas de la mer Noire, et sur­tout à 50 m de leur lieu d’en­traî­ne­ment où les joueurs de la Se­le­ção prennent quand même soin de se rendre… en bus. Deux ter­rains en­cla­vés entre une voie fer­rée, une na­tio­nale et une ré­si­dence de va­cances, c’est l’aire de jeu qu’ont choi­sie les Bré­si­liens pour pré­pa­rer cette Coupe du monde.

Une courte dis­tance, donc, qu’ils ont em­prun­tée pour la deuxième fois hier, au mo­ment où le mer­cure dé­pas­sait les 30 oC et où quelques tou­ristes, torse nu, se pres­saient aux balcons. Rien, pas même les re­gards de ces cu­rieux et des quelque 200 jour­na­listes pré­sents, ne semble pour­tant per­tur­ber les joueurs de Tite, le sé­lec­tion­neur du Bré­sil. Pas même des drones es­pions. Trois membres de la Fifa, ju­melles en mains, étaient en ef­fet pos­tés sur le toit d’un hô­tel voi­sin pour abattre tout ob­jet vo­lant en blo­quant les fré­quences élec­tro­niques.

QUAND NEY­MAR MET FAGNER SUR LES FESSES

Forts de cette pro­tec­tion, les Bré­si­liens avancent al­lè­gre­ment vers leur pre­mier match du Mon­dial, di­manche face à la Suisse, à Ros­tov-sur-le-Don. Ney­mar re­trouve pro­gres­si­ve­ment toutes ses sen­sa­tions. Et comme son der­nier match face à l’Au­triche (3-0) l’a prou­vé, la star bré­si­lienne ne semble plus craindre les ré­ac­tions de son pied droit, opé­ré le 3 mars der­nier. Lors de l’échauf­fe­ment, il a mis Fagner, le la­té­ral droit bré­si­lien, sur les fesses après un contrôle de la poi­trine com­plè­te­ment désar­çon­nant. Pour l’ins­tant, tout baigne pour le Bré­sil.

Sot­chi (Rus­sie), hier. Ney­mar, qui semble avoir ou­blié sa frac­ture au pied droit, plai­sante avec le mi­lieu de ter­rain bré­si­lien Pau­lin­ho.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.