Man­po­wer lance un plan géant de re­cru­te­ment

Le géant de l’in­té­rim veut re­cru­ter pour ses clients 40 000 contrats à du­rée in­dé­ter­mi­née en France et s’en­gage à for­mer 50 000 in­té­ri­maires.

Le Parisien (Hauts de Seine) - - ÉCONOMIE - PAR ODILE PLICHON

APRÈS UNE AN­NÉE 2017 à 12 % de crois­sance, Man­po­wer ne connaît pas la crise : au pre­mier tri­mestre 2018, cet ac­teur ma­jeur du mar­ché de l’em­ploi in­té­ri­maire a en­core af­fi­ché 8 % de crois­sance. Dans un contexte de re­gain de confiance des en­tre­pre­neurs, il an­nonce pour 2018 en France un vaste plan de re­cru­te­ment de 40 000 per­sonnes et un plan de for­ma­tion pour 50 000 in­té­ri­maires.

Cô­té re­cru­te­ments, Man­po­wer s’en­gage tout d’abord à re­cru­ter 20 000 per­sonnes en contrat à du­rée in­dé­ter­mi­née (CDI) pour ses clients. « A nous de leur dé­ni­cher ces CDI. On sent que les en­tre­prises ont en­vie de re­cru­ter da­van­tage de gens en contrat stable », sou­ligne Alain Rou­mil­hac, pré­sident de Man­po­wer Groupe en France. Toutes les branches d’ac­ti­vi­té sont concer­nées, avec un bo­nus pour les PME.

Deuxième en­ga­ge­ment du groupe : « Re­cru­ter entre 5 000 et 6 000 in­té­ri­maires en CDI. » En clair ? Ces CDI in­té­ri­maires sont re­cru­tés par Man­po­wer en CDI puis en­voyés dans les en­tre­prises pour y tra­vailler en in­té­rim. « Quand ils ne sont pas chez nos clients, ils sont payés par nous », pré­cise Alain Rou­mil­hac.

Troi­sième axe : Man­po­wer va re­cru­ter 2 000 sa­la­riés pour ses be­soins propres ou ceux de ses fi­liales. Ain­si, 1 200 per­sonnes se­ront par exemple re­cru­tées pour re­joindre la fi­liale Pro­ser­via, no­tam­ment spé­cia­li­sée dans les mé­tiers du di­gi­tal.

Qua­trième en­ga­ge­ment, en­fin, entre 10 000 et 12 000 in­té­ri­maires qui au­ront fait leurs preuves chez un client ver­ront en­suite leur contrat trans­for­mé en CDI dans l’in­dus­trie, le BTP et la lo­gis­tique no­tam­ment.

Autre axe stra­té­gique pour Man­po­wer, la for­ma­tion de 50 000 in­té­ri­maires, cer­tains pour quelques jours, d’autres pour plu­sieurs se­maines. Un en­jeu ma­jeur. « Nous de­vons trou­ver les com­pé­tences que les en­tre­prises nous de­mandent, ce qui est par­fois com­pli­qué en ce mo­ment car il y a pé­nu­rie. »

Les for­ma­tions ? Ici, c’est un sa­la­rié qui pas­se­ra son per­mis poids lourd, là un autre qui se spé­cia­li­se­ra dans le dé­ploie­ment de la fibre op­tique, là en­core un in­té­ri­maire qui se­ra for­mé aux tech­niques de ges­tion d’ap­pels, tan­dis qu’un der­nier ap­pren­dra à être cof­freur dans le BTP.

Pour réa­li­ser cet ob­jec­tif am­bi­tieux, le bud­get for­ma­tion de Man­po­wer, qui em­ploie 8 500 sa­la­riés en France, avoi­si­ne­ra entre 50 et 60 M€.

“ON

SENT QUE LES EN­TRE­PRISES ONT EN­VIE DE RE­CRU­TER DA­VAN­TAGE DE GENS EN CONTRAT STABLE ALAIN ROU­MIL­HAC, PRÉ­SIDENT DE MAN­PO­WER GROUPE EN FRANCE

Entre 10 000 à 12 000 in­té­ri­maires qui au­ront faits leurs preuves ver­ront leur contrat trans­for­mé en CDI, no­tam­ment dans le BTP.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.