Des hommes et des femmes entre 40 et 60 ans

Le Parisien (Hauts de Seine) - - HAUTS-DE-SEINE -

UNE MAJORITÉ d’hommes, mais aus­si des femmes, âgés en moyenne entre 40 et 60 ans. L’Ob­ser­va­toire fran­çais des drogues et des toxi­co­ma­nies (OFDT), a dres­sé en mars, un état des lieux des usages et ventes de crack à Pa­ris entre 2012 et 2017. Il fait un fo­cus, sous les plumes de Gré­go­ry Pfau et Agnès Ca­det-Taï­rou, sur le squat de la Col­line, si­tué aux abords de la porte de la Cha­pelle (XVIIIe).

Se­lon les au­teurs, les consom­ma­teurs y sont pour la plu­part sans em­ploi, cer­tains même sans la moindre res­source, faute de re­cou­rir aux aides so­ciales. Les bé­né­fi­ciaires du RSA (Re­ve­nu de so­li­da­ri­té ac­tive) re­courent éga­le­ment à la men­di­ci­té, au tra­vail non dé­cla­ré et re­vendent leurs propres ob­jets de va­leur. « La pros­ti­tu­tion reste, quant à elle, sou­ligne l’étude, une source de re­ve­nus ex­clu­si­ve­ment évo­quée par les femmes. Rares sont celles qui fré­quentent la Col­line sans se pros­ti­tuer sur les bou­le­vards alen­tour, ou dans d’autres quar­tiers. »

Le squat réunit plu­sieurs types de consom­ma­teurs : les oc­ca­sion­nels, qui ne res­tent pas long­temps sur pla- ce et fré­quentent d’autres points de vente, les ré­gu­liers, qui s’y rendent quo­ti­dien­ne­ment, et les « per­ma­nents » : « Cer­tains usa­gers s’at­tardent sur place en rai­son d’un be­soin in­sa­tiable de consom­mer in­dé­fi­ni­ment après une pre­mière prise », dé­taille le rap­port de l’OFDT.

Mais aus­si par dé­sir de so­cia­bi­li­té : « On sym­pa­thise dans l’es­poir de mieux né­go­cier des échanges de ser­vices, d’ob­te­nir de l’ar­gent, ou plus sim­ple­ment de ne pas res­ter iso­lé dans un mi­lieu où les risques d’être dé­pouillé sont éle­vés. »

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.