Gal­thié de re­tour en terre hos­tile

Trois ans après sa mise à l’écart, le coach du RCT re­vient dans l’Hé­rault dans un cli­mat gla­cial.

Le Parisien (Oise) - - RUGBY - DE NOTRE COR­RES­PON­DANT CLÉ­MENT CHAILLOU À TOU­LON (VAR)

IL Y AU­RA l’his­toire prin­ci­pale, ce choc à l’ac­cent su­diste, entre deux des plus grosses écu­ries du cham­pion­nat. Et puis, il y au­ra celle qui s’écri­ra en fi­li­grane et que l’on at­tend de­puis près de trois ans : le grand re­tour de Fa­bien Gal­thié, au­jourd’hui à la tête du RCT, en terre mont­pel­lié­raine pour la pre­mière fois de­puis sa mise à pied en dé­cembre 2014.

Gal­thié et le MHR, c’est une aven­ture d’un peu plus de quatre sai­sons, à par­tir de l’été 2010. Un pre­mier exer­cice in­croyable, avec une fi­nale de Top 14, puis une ins­tal­la­tion du­rable par­mi les ca­dors de l’Hexa­gone, sans tro­phée à la clé. C’est aus­si une fin en eau de bou­din, et un di­vorce dou­lou­reux avec son pré­sident Mo­hed Al­trad. « On re­tient sou­vent le der­nier épi­sode, es­time Tho­mas Lom­bard, consul­tant pour Ca­nal +. Alors beau­coup de gens ont gar­dé en mé­moire cette rup­ture plu­tôt que le tra­vail ac­com­pli au­pa­ra­vant, et qu’on peut ju­ger de plu­sieurs ma­nières. Des sé­pa­ra­tions hou­leuses, il y en a eu d’autres. Mais là, on avait un pré­sident mé­dia­tique face à un en­traî­neur très mé­dia­tique. »

Il faut dire que le con­flit s’est éter­ni­sé. Deux ans de pro­cé­dure, jus­qu’à ce que le MHR soit condam­né en ap­pel à ver­ser 484 500 € à son ex-ma­na­geur en jan­vier. « Ce sont des que­relles par rap­port à une si­tua­tion contrac­tuelle, glisse Au­bin Hue­ber, an­cien coach de Tou­lon. Mais, dès que ça part aux tri­bu­naux, ça prend de l’am­pleur, sur­tout quand les mon­tants sont im­por­tants. Dans leur cas, il y a eu un rude bras de fer ju­ri­dique, c’est aus­si pour ce­la que ça a mar­qué. »

SUC­CES­SION DE COUPS BAS

Un bras de fer, et une suc­ces­sion de coups bas, de charges par­fois vio­lentes, avec des in­té­res­sés se re­je­tant la faute. Dé­but sep­tembre, dans une in­ter­view à « Mi­di Olym­pique », Mo­hed Al­trad — qui semble avoir eu le plus de mal à tour­ner la page — as­su­rait que Gal­thié avait de­man­dé une « somme exor­bi­tante ». « Ce sont des ran­coeurs que l’on constate quand on a des di­ri­geants nou­veaux dans le rug­by, comme on avait pu le voir entre Ja­cky Lo­ren­zet­ti et Pierre Ber­bi­zier, ana­lyse Lom­bard. Les rup­tures sont dures car ils ne sont pas for­cé­ment ha­bi­tués à gé­rer ces si­tua­tions. »

Cette se­maine, Al­trad a néan­mais moins fait com­prendre qu’il sa­lue­rait Gal­thié, si ce der­nier ve­nait à lui. Et qu’en pense-t-il, Gal­thié, jus­te­ment ? Dif­fi­cile à dire, puisque l’en­traî­neur tou­lon­nais a pris soin d’en­voyer son ad­joint Fa­brice Lan­dreau en point presse d’avant-match. « De­puis juin, Fa­bien n’a pas fait une seule fois al­lu­sion à son pas­sé à Mont­pel­lier, as­sure ce der­nier. Ça n’a pas été un le­vier pour la pré­pa­ra­tion du match. »

On l’ima­gine tout de même un brin re­van­chard. « Il doit sur­tout vou­loir ga­gner d’un point de vue comp­table, et pour se jau­ger en ce dé­but de sai­son, face à un Mont­pel­lier lea­deur et im­pres­sion­nant, ex­plique Hue­ber. Mais si Tou­lon vient à l’em­por­ter, ce se­ra une pe­tite vic­toire per­son­nelle. Même s’il ne l’avoue­ra ja­mais, en son for in­té­rieur, ça ne lui dé­plai­rait sans doute pas… »

Fa­bien Gal­thié.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.