Les « rois fai­néants » ?

Le Parisien (Oise) - - VOTRE DIMANCHE -

Après le pré­sident Ni­co­las Sar­ko­zy qui avait — in­di­rec­te­ment — trai­té en 2009 Jacques Chi­rac de « roi fai­néant », Em­ma­nuel Ma­cron a res­sor­ti le terme de son cha­peau (« fai­néant », ce­lui qui fait néant) pour, s’est-il jus­ti­fié, ren­voyer ses pré­dé­ces­seurs à leur in­cu­rie. Eh bien, ce ju­ge­ment la­pi­daire est aus­si in­juste pour nos pré­si­dents que pour les der­niers sou­ve­rains mé­ro­vin­giens (entre la mort de Da­go­bert en 638 et l’avè­ne­ment de Pé­pin le Bref en 751). Pour­quoi « fai­néants » ? A cause du moine Egin­hard, bio­graphe apo­cryphe de Char­le­magne, qui, dans un IXe siècle trou­blé, vou­lut re­don­ner du lustre aux Ca­ro­lin­giens en noir­cis­sant le règne de leurs pré­dé­ces­seurs. Ef­fi­cace, puisque, 1 200 ans après, le cli­ché tient tou­jours.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.