Pour Be­noît Ha­mon, le che­min se­ra très long

Si Jean-Luc Mé­len­chon a sé­ché la Fête de l’Hu­ma, Be­noît Ha­mon, lui, s’y est ren­du. Le po­si­tion­ne­ment de l’ex-can­di­dat PS à la pré­si­den­tielle in­ter­pelle à gauche.

Le Parisien (Oise) - - LA UNE - PAR QUEN­TIN LAURENT @Quen­tin_­Laurent

« C’EST COM­PLI­QUÉ, la gauche, ça a tou­jours été com­pli­qué… » souffle Be­noît Ha­mon. Cos­tume bleu mais sans cra­vate, l’ex-can­di­dat so­cia­liste à la pré­si­den­tielle inau­gu­rait, hier, le stand de son Mou­ve­ment du 1er juillet (M1717) à la Fête de l’Hu­ma. Ren­trée po­li­tique mar­quée du sceau de la contes­ta­tion et de l’op­po­si­tion aux or­don­nances Ma­cron. Un com­bat com­mun à la gauche qui n’em­pêche pas les di­vi­sions. Be­noît Ha­mon cherche donc à se po­si­tion­ner. Sans le PS qu’il a quit­té cet été, sans sié­ger à l’As­sem­blée — il a per­du son man­dat de dé­pu­té aux lé­gis­la­tives de juin der­nier — et à la tête d’un ap­pa­reil po­li­tique en­core au stade em­bryon­naire.

Il n’est pas loin de mi­di ce sa­me­di, le stand ne désem­plit pas. Le se­cré­taire na­tio­nal du PCF, Pierre Laurent, passe en coup de vent, quelques mots sont échan­gés. On parle mé­téo, elle est clé­mente, un pe­tit tour et puis s’en va. Tan­dis que cer­tains bé­né­voles écoulent bières et sand­wichs, d’autres tentent de re­cru­ter de nou­veaux adhé­rents. Be­noît Ha­mon, lui, flâne, sol­li­ci­té par les jour­na­listes ou par des sym­pa­thi­sants. « Vos idées, elles sont bonnes, faut les ap­pli­quer. Comme on dit chez nous, lâche pas le steak ! » lui lance un tren­te­naire, dé­jà un peu émé­ché. Par­tage du tra­vail, ré­vo­lu­tion nu­mé­rique, en­vi­ron­ne­ment et sur­tout re­ve­nu uni­ver­sel : c’est jus­te­ment grâce à « ces com­bats qui nous dis­tinguent » que Be­noît Ha­mon es­père creu­ser son sillon, fai­sant de cer­taines idées phares de sa cam­pagne pré­si­den­tielle le socle du M1717. « Le re­ve­nu uni­ver­sel doit être le pi­lier au­tour du­quel doit se né­go­cier le nou­veau contrat so­cial », croit-il, dur comme fer.

Mais il en fau­dra plus pour don­ner au M1717 un po­si­tion­ne­ment clair sur l’échi­quier po­li­tique. De toute part, à gauche, la stra­té­gie de Be­noît Ha­mon in­ter­roge, qu’il s’agisse du ti­ming qu’il a choi­si pour quit­ter le PS ou de son choix de par­ti­ci­per à la ma­ni­fes­ta­tion du 23 sep­tembre or­ga­ni­sée par Jean-Luc Mé­len­chon, le­quel ne se prive pas, par ailleurs, de lui dis­til­ler, çà et là, quelques piques.

RÉU­NION DE SES TROUPES EN NO­VEMBRE

Le lea­deur des In­sou­mis veut prendre toute la place à gauche, et les ha­mo­nistes conti­nuent d’af­fir­mer qu’il y a « des désac­cords pro­fonds » avec LFI. « Qui­conque pré­tend à l’hé­gé­mo­nie à gauche se casse les dents », glis­sait même, hier, Ha­mon à l’adresse de Mé­len­chon. « On ne com­prend pas, on ne voit pas sa stra­té­gie, mis à part qu’il veut exis­ter, ce qui est nor­mal », com­mente-t-on au PCF.

Au PS, on s’agace que ses proches n’aient pas éga­le­ment, à sa suite, quit­té le par­ti. Cer­tains re­doutent même qu’ils ne veuillent le faire ex­plo­ser de l’in­té­rieur. « Quand on est au PS, on ne peut pas être dans deux or­ga­ni­sa­tions ! On ne peut pas avoir deux stra­té­gies po­li­tiques dif­fé­rentes, il faut être co­hé­rent ! » s’exas­père un té­nor so­cia­liste. Au M1717, on botte en touche et on fait va­loir que le mou­ve­ment n’a « pas en­core » pré­sen­té de can­di­dats à quelque élec­tion que ce soit. Quand c’est flou…

En at­ten­dant, le na­vire Ha­mon réuni­ra ses troupes en no­vembre pour se do­ter de sta­tuts, or­ga­ni­ser les plus de 500 co­mi­tés lo­caux dé­jà exis­tants sur le ter­ri­toire.

Mais Be­noît Ha­mon, lour­de­ment dé­fait lors de la pré­si­den­tielle (6,36 %), est-il ce­lui qui peut em­me­ner ce mou­ve­ment ? « Il est es­sen­tiel dans la dy­na­mique mais il ne peut pas être le seul à le por­ter, concède l’un de ses lieu­te­nants, l’eu­ro­dé­pu­té Guillaume Ba­las. Le but, c’est aus­si de faire émer­ger de nou­velles gé­né­ra­tions. » Il le re­con­naît : « Ça pren­dra du temps. »

VOS IDÉES, ELLES SONT BONNES, FAUT LES AP­PLI­QUER. COMME ON DIT CHEZ NOUS, LÂCHE PAS LE STEAK ! UN SYMPATHISANT

La Cour­neuve (Seine-Saint-De­nis), hier. Be­noît Ha­mon a inau­gu­ré le stand de son mou­ve­ment M1717 à la Fête de l’Hu­ma.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.