La Fi­fa rat­tra­pée par ses fan­tômes

Le Parisien (Oise) - - SPORTS - D.C.

CE 27 MAI 2015 au ma­tin, à la de­mande de la jus­tice amé­ri­caine, sept hauts di­ri­geants de la Fi­fa, l’ins­tance ba­sée en Suisse qui gère le foot­ball mon­dial, sont ar­rê­tés dans un hô­tel hel­vète. La Fi­fa s’ap­prê­tait à re­con­duire son pré­sident Sepp Blat­ter, en poste de­puis 1998…

Dans leur acte d’ac­cu­sa­tion, les Etats-Unis évoquent 132 M€ de potsde-vin et de ré­tro­com­mis­sions. De­puis ce coup de fi­let, les jus­tices suisse, amé­ri­caine et fran­çaise ne cessent de dé­rou­ler la pe­lote de la cor­rup­tion au sein du foot mon­dial. Plus de 25 en­quêtes sont en cours, comme l’ont pré­ci­sé hier les au­to­ri­tés hel­vé­tiques. Dès mai 2015, ces der­nières ouvrent une pro­cé­dure dis­tincte contre X pour soup­çons de « blan­chi­ment d’ar­gent et ges­tion dé­loyale » au­tour de l’at­tri­bu­tion des Mon­diaux 2018 et 2022 à la Rus­sie et au Qa­tar. Dans cette opération mains propres, le sys­tème Blat­ter tombe et tous ses col­la­bo­ra­teurs avec. Son ex­se­cré­taire gé­né­ral Jé­rôme Valcke, puis Mi­chel Pla­ti­ni, pré­sident de l’UEFA, sus­pen­du huit ans (sanc­tion ra­me­née à six). Au­jourd’hui, la Fi­fa, pré­si­dée par Gian­ni In­fan­ti­no, vou­drait bien tour­ner la page de ces heures sombres, mais l’épi­sode d’hier montre que la pe­lote est en­core loin d’avoir dé­li­vré toutes ses se­crets.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.