Com­ment vivre au mieux quand on est dia­bé­tique

Ali­zée, brillante ka­ra­té­ka, a été re­ca­lée à cause de sa ma­la­die. En ce jour de lan­ce­ment d’états gé­né­raux, les pa­tients ré­clament la fin de cette dis­cri­mi­na­tion.

Le Parisien (Oise) - - LA UNE - PAR FLO­RENCE MÉRÉO

L’ÉTUDE DE TEXTE, le QCM… Ali­zée Agier a brillam­ment réus­si les épreuves écrites du concours de gar­dien de la paix. Quant aux tests phy­siques — en­du­rance, par­cours d’ha­bi­le­té —, ils furent une for­ma­li­té pour la jeune femme de 23 ans. Il faut dire qu’avec ses deux en­traî­ne­ments par jour, Ali­zée tient une forme de cham­pionne… De double cham­pionne, même ! L’an pas­sé, la blonde aux yeux clairs a en ef­fet re­çu son deuxième titre de cham­pionne du monde de ka­ra­té, fai­sant d’elle l’une des spor­tives les plus en vue de sa ca­té­go­rie (moins de 68 kg).

Mais voi­là, Ali­zée ne se­ra pas po­li­cière. « Re­ca­lée », nous ex­plique-t-elle, à la vi­site mé­di­cale à cause de son dia­bète, c’est-à-dire sa pro­duc­tion d’in­su­line in­suf­fi­sante. Une si­tua­tion ju­gée « in­sen­sée » par la Fé­dé­ra­tion fran­çaise des dia­bé­tiques (FFD). En cette jour­née mon­diale, la FFD lance ses états gé­né­raux de la ma­la­die qui touche quatre mil­lions de Fran­çais, dont 700 000 qui s’ignorent. Par­mi ses re­ven­di­ca­tions : « la fin des dis­cri­mi­na­tions à l’em­ploi » des dia­bé­tiques. Car, au­jourd’hui, cer­tains mé­tiers de­man­dant une bonne acui­té vi­suelle ou né­ces­si­tant d’as­su­rer la sé­cu­ri­té d’au­trui leur sont tou­jours in­ter­dits : po­li­cier, hô­tesse de l’air, ai­guilleur du ciel, ma­rin, doua­nier, pom­pier…

« Lors de la vi­site, le mé­de­cin a été ca­té­go­rique : c’était non, re­prend la ka­ra­té­ka. Ça fout un coup. J’étais très triste. En­trer dans la po­lice, c’était me le­ver chaque ma­tin pour contri­buer au bien pu­blic, être au contact de la po­pu­la­tion, l’ai­der… » Une dé­cep­tion d’au­tant plus forte qu’Ali­zée n’avait pas ima­gi­né que sa ma­la­die, diag­nos­ti­quée il y a quatre ans, lui joue­rait des tours dans sa car­rière. « J’ai eu peur pour le sport, ça oui, mais je n’ai pas pen­sé au reste », concède-t-elle.

Son dia­bète de type 1, « le pire », s’est dé­cla­ré alors qu’elle avait 18 ans, une vie saine et un ré­gime ali­men­taire strict et équi­li­bré du fait de sa pra­tique spor­tive. « Et il n’y a pas de cas dans ma fa­mille. La piste gé­né­tique est la plus pro­bable », ex­plique celle qui s’in­jecte de­puis, dans le ventre, le haut du bras ou de la cuisse, de l’in­su­line avant chaque re­pas, et vé­ri­fie quatre à huit fois par jour son taux de sucre.

« IL FAUT DIRE À CES CORPS DE MÉ­TIER QU’ON A FAIT DES PRO­GRÈS » GÉ­RARD RAY­MOND, DE LA FÉ­DÉ­RA­TION FRAN­ÇAISE DES DIA­BÉ­TIQUES

« Il faut s’adap­ter. Une ba­nane, par exemple, c’est 20 g de glu­cide. Quand j’en mange une, je sais qu’il me faut deux uni­tés d’in­su­line. Après avoir beau­coup sur­veillé, on s’est ren­du compte qu’il n’y avait au­cun pro­blème pour que je conti­nue le ka­ra­té, ouf », s’en­thou­siasme la jeune femme dé­ter­mi­née. « Si je té­moigne, c’est parce que j’es­time que c’est à nous, pa­tients, de faire bou­ger les choses, de dire qu’un dia­bète bien gé­ré ne pose pas de pro­blème dans sa vie per­son­nelle et pro­fes­sion­nelle », mi­lite-t-elle.

« Le concours est sou­mis à un exa­men mé­di­cal. Les mé­de­cins es­timent que le dia­bète ne per­met pas d’exer­cer toutes les fonc­tions de po­li­cier », nous ex­plique-t-on à la po­lice na­tio­nale. Des res­tric­tions que ne com­prend pas la Fé­dé­ra­tion : « Au XXIe siècle, il faut dire à ces corps de mé­tier qu’on a fait des pro­grès, qu’il existe des pompes à in­su­line », tance son pré­sident, Gé­rard Ray­mond. En spor­tive ac­com­plie, Ali­zée s’est re­le­vée. En juin, elle pas­se­ra un BTS tou­risme… Quelques se­maines avant de dé­bu­ter les sé­lec­tions pour les JO 2020. Avec une cer­ti­tude : son dia­bète ne se­ra un frein ni pour l’un ni pour l’autre.

Pa­ris, hier. Ali­zée Agier, double cham­pionne du monde de ka­ra­té, vou­lait en­trer dans la po­lice, mais elle a été re­ca­lée à la vi­site mé­di­cale à cause de son dia­bète.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.