BRÛLE-T-IL D’EN­VIE POUR PA­RIS ?

Le Parisien (Oise) - - LE FAIT DU JOUR -

aux pro­chaines mu­ni­ci­pales à Pa­ris face à Anne Hi­dal­go, la maire sor­tante ? In­ter­ro­gez le Pre­mier mi­nistre, et c’est in­va­ria­ble­ment la même ré­ponse qui fuse : « Quand je vais voir Alain Juppé à Bor­deaux, on me prête des in­ten­tions à Bor­deaux. Quand je rentre au Havre, on dit que je vais y re­tour­ner. Et quand je vais à un match du PSG, on me voit à Pa­ris », sou­pire Edouard Phi­lippe, tout en re­fu­sant d’ali­men­ter cette ru­meur qui court de­puis plu­sieurs mois… sans néan­moins la dé­men­tir.

On lui de­mande alors d’être plus ex­pli­cite ? Il s’agace, et re­for­mule sa ré­ponse : « Quand on est Pre­mier mi­nistre, ce se­rait cou­pable de pen­ser à autre chose ou à son propre ave­nir. Je suis tout en­tier consa­cré à ma tâche et croyez-moi, ce­la suf­fit lar­ge­ment à rem­plir mes jour­nées », jure-t-il. Dans les pas de Chi­rac

Edouard Phi­lippe re­fuse d’in­sul­ter l’ave­nir. « Tout ce qui pour­rait concou­rir à sa réus­site après Ma­ti­gnon dé­pen­dra de ce qu’il au­ra réus­si pen­dant son pas­sage à Ma­ti­gnon. Il se­ra ju­gé sur ça. Ça ne sert à rien d’al­ler plus loin pour le mo­ment… ni de rien s’in­ter­dire pour la suite », dé­crypte son en­tou­rage.

Avec son al­lure dé­bon­naire, son po­si­tion­ne­ment de centre droit et ses res­sem­blances avec un illustre pré­dé­ces­seur à l’Hô­tel de Ville, Edouard Phi­lippe n’ignore pas qu’il coche de nom­breuses cases. Sur le pa­pier en tout cas… « Il imite très bien Chi­rac (NDLR : maire de Pa­ris de 1977 à 1995), il a un phy­sique tout en jambes comme lui… Ça en­tre­tient aus­si les ru­meurs », s’amuse un de ses in­times. « Edouard à Pa­ris ? Ce­la au­rait de la gueule ! Et c’est un choix qui cor­res­pon­drait à la so­cio­lo­gie pa­ri­sienne », s’en­thou­siasme une mi­nistre.

« Les ru­meurs, c’est une frange de la droite pa­ri­sienne, en manque de lea­der­ship, qui les ali­mente », re­jette son conseiller à Ma­ti­gnon, Gilles Boyer, sans fer­mer toutes les portes non plus : « Ce qui est sûr en tout cas, c’est que ce n’est pas avec la ligne très à droite de Laurent Wau­quiez qu’elle peut es­pé­rer re­con­qué­rir la ca­pi­tale… »

OLI­VIER BEAU­MONT ET VA­LÉ­RIE HACOT

Pa­ris (IVe), le 14 juin.Anne Hi­dal­go, qui bri­gue­ra en 2020 un deuxième man­dat à la mai­rie de Pa­ris, pour­rait trou­ver Edouard Phi­lippe sur sa route.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.