DEM­BÉ­LÉ SUR LA POINTE DES PIEDS

LIGUE 1 Pour ses grands dé­buts en Ligue 1, la der­nière re­crue de Lyon n’a pas spé­cia­le­ment brillé à Caen où son club, en su­pé­rio­ri­té nu­mé­rique, a concé­dé le nul (2-2).

Le Parisien (Oise) - - SPORTS - PAR SYL­VIE DE MACEDO

IL FAU­DRA en­core pa­tien­ter avant de dé­cou­vrir tout le ta­lent de Mous­sa Dem­bé­lé. Pour sa pre­mière ap­pa­ri­tion et ti­tu­la­ri­sa­tion avec l’OL, le jeune at­ta­quant de 22 ans n’a pas spé­cia­le­ment brillé. Dans ce match un peu fou où Caen a te­nu tête à Lyon mal­gré son in­fé­rio­ri­té nu­mé­rique (ré­duit à dix puis à neuf), il a eu bien du mal à exis­ter. Une seule sta­tis­tique le prouve : il est le Lyon­nais du onze de dé­part qui a tou­ché le moins de bal­lons (23). Mem­phis De­pay, qui n’a joué que 20 mi­nutes en compte presque au­tant (18).

Bru­no Ge­ne­sio avait pour­tant clai­re­ment af­fi­ché ses attentes avant le coup d’en­voi : « Je veux qu’il ex­prime ses qua­li­tés. C’est un at­ta­quant de sur­face, ca­pable de mar­quer et d’être un point de fixa­tion ». Des cir­cons­tances at­té­nuantes Son joueur, ali­gné seul en pointe dans un 4-2-3-1, a ef­fec­tué quelques ap­pels en pro­fon­deur et ten­té de pro­vo­quer balle au pied. Ap­pe­lé à faire ou­blier Ma­ria­no Diaz (21 buts dont 18 en Ligue 1 la sai­son der­nière), trans­fé­ré au Real Ma­drid à la fin du mer­ca­to es­ti­val, il au­rait aus­si pu ou­vrir le score à la 26e si Ber­trand Trao­ré n’avait pas man­qué sa passe. Il a éga­le­ment vu le gar­dien de Caen, Brice Sam­ba, sor­tir un ma­gni­fique ar­rêt sur sa tête pi­quée (78e). Mais il s’est mon­tré bien trop dis­cret dans l’ani­ma­tion of­fen­sive et la fi­ni­tion en ne ca­drant qu’une seule de ses trois frappes.

Bref, l’an­cien pen­sion­naire du centre de for­ma­tion du PSG a don­né un bien pâle aper­çu de ses nom­breuses qua­li­tés. Mais l’at­ta­quant fran­çais a quelques cir­cons­tances at­té­nuantes. Il n’a ef­fec­tué que deux en­traî­ne­ments avec sa nou­velle équipe. « Je suis heu­reux d’être ici, a-t-il confié après la ren­contre. Je viens d’ar­ri­ver, je ne connais pas trop les joueurs, mais j’ai beau­coup re­gar­dé la Ligue 1 et ça va ve­nir avec le temps. Il y a eu du bon et du moins bon mais je ne vais pas m’at­tar­der sur ça. »

A Caen, il n’a pas non plus été ai­dé par ses nou­veaux co­équi­piers qui ont tous, ou presque, pé­ché dans l’agres­si­vi­té et à la ré­cu­pé­ra­tion. « Je suis très en co­lère, a ain­si dé­cla­ré le coach lyon­nais au coup de sif­flet fi­nal. L’en­ga­ge­ment, l’in­ves­tis­se­ment, l’in­ten­si­té, les Caen­nais les ont eus ; nous, non. » A quatre jours du choc contre Man­ches­ter Ci­ty en Ligue des cham­pions, c’est toute une équipe qui se doit d’éle­ver son ni­veau de jeu. Et pas seu­le­ment Dem­bé­lé.

Stade Mi­chel-d’Or­na­no (Caen), hier. Mous­sa Dem­bé­lé tente de dé­bor­der le Caen­nais Fré­dé­ric Guil­bert.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.