« POI­SON »

Le Parisien (Oise) - - SORTIR - PAR CHRIS­TOPHE LEVENT

Au pa­lais de la Dé­cou­verte (Pa­ris VIIIe), jus­qu’au 11 août. Du mar­di au sa­me­di de 10 heures à 18 heures. Le di­manche jus­qu’à 19 heures. Ta­rifs : 9 € (TR : 7 €), gra­tuit pour les moins de 6 ans. www.pa­lais-de­cou­verte.fr

Pho­biques s’abs­te­nir ! Arai­gnées ve­lues, scor­pions me­na­çants et ser­pents pas très ca­tho­liques se sont don­né ren­dez-vous au pa­lais de la Dé­cou­verte (Pa­ris VIIIe) pour l’ex­po­si­tion « Poi­son ». Car, oui, bien sûr, toutes ces char­mantes bes­tioles sont émi­nem­ment dan­ge­reuses et leur ve­nin sou­vent mor­tel… Entre fris­son et fas­ci­na­tion, les vi­si­teurs se re­trou­ve­ront nez à nez avec une tren­taine d’es­pèces, bien vi­vantes, Non, il n’y a pas qu’« Alad’2 » et « la Nonne » ! Par­mi nos coups de coeur, le très au­to­bio­gra­phique « l’Amour flou », de Ro­mane Boh­rin­ger et Phi­lippe Reb­bot, sur un couple qui se sé­pare mais dé­cide de conti­nuer à vivre avec leurs en­fants dans un ap­par­te­ment à double en­trée… Un long­mé­trage tendre, libre et plein d’amour. Cô­té co­mé­dies fran­çaises, « Voyez comme on danse » vaut le dé­tour : sur trop même pour les plus sen­sibles. « Il est rare de voir ras­sem­blés au­tant d’ani­maux ve­ni­meux dans un même lieu », es­time Mark Read, chef de pro­jet.

Dans des salles bai­gnées d’une lu­mière ta­mi­sée, « Poi­son » mise tout sur cette confron­ta­tion di­recte avec ces ani­maux à la mau­vaise ré­pu­ta­tion. Place d’abord aux « vé­né­neux », dan­ge­reux par contact ou in­ges­tion. Comme ces ma­gni­fiques pe­tites gre­nouilles aux cou­leurs écla­tantes, vé­ri­tables pe­tits bi­joux sur pattes. Mais mieux vaut ne ja­mais tou­cher ces den­dro­bates vi­vant dans les fo­rêts hu­mides d’Amé­rique du Sud : cer­taines pro­duisent un al­ca­loïde ré­pu­té 250 fois plus puis­sant que le cu­rare et qui sert à la confec­tion de flèches em­poi­son­nées… Les ser­pents, rois des ve­ni­meux, oc­cupent le haut du pa­nier. Ins­tal­lés sur un ro­cher ou une branche pour la plu­part, on leur don­ne­rait le bon Dieu sans confes­sion. En­fin, presque… A voir la taille de l’im­pres­sion­nante vi­père du Ga­bon, ca­mou­flée sous les feuilles mortes, on prie pour ne ja­mais croi­ser son che­min. Et que dire du mam­ba noir, il oc­cupe le plus grand ter­ra­rium de l’ex­po­si­tion. Con­si­dé­ré comme le ser­pent le plus ve­ni­meux au monde, il peut se dé­pla­cer à 6 m/se­conde un scé­na­rio ha­bile de Mi­chel Blanc, on re­trouve la valse des pho­bies, lu­bies et tra­hi­sons de ses per­son­nages ori­gi­nels et des ac­trices qui brillent en prin­cesses de ces vi­re­voltes. Dans d’autres genres, le su­blime « Girl » (pho­to) met en scène une ado née gar­çon qui veut de­ve­nir dan­seuse étoile avec le sou­tien in­dé­fec­tible de son père… Et le très réus­si « Gal­ves­ton » (pho­to), de Mé­la­nie Laurent, re­trace la ca­vale san­glante de la Loui­siane au Texas d’un pe­tit mal­frat et d’une pros­ti­tuée. Les adeptes de films de su­per­hé­ros op­te­ront quant à eux pour l’ad­dic­tif « Ve­nom », ou l’his­toire d’un ex­jour­na­liste conta­mi­né par un or­ga­nisme ex­tra­ter­restre, qui prend ré­gu­liè­re­ment le contrôle de son corps. ! Pas d’in­quié­tude : entre lui et vous, il y a une épaisse vitre. Quoi que… à se col­ler le nez contre le verre — cer­taines es­pèces aiment jouer à cache-cache —, on a par­fois du mal à re­fré­ner une an­goisse. « Les me­sures de sé­cu­ri­té ont été ren­for­cées pour cette ex­po­si­tion. Dans les pièces où sont ac­cueillies les es­pèces les plus dan­ge­reuses, il y a des gardes, des alarmes et un dis­po­si­tif de portes qui se ferment au­to­ma­ti­que­ment. Des sé­rums an­ti­ve­nin sont prêts dans les hô­pi­taux pa­ri­siens », dé­taille Fran­çois Le­moine, char­gé de veiller sur la san­té des ani­maux… et des vi­si­teurs.

Avant tout « show ani­mal », « Poi­son » se double d’une am­bi­tion pé­da­go­gique, en pré­sen­tant les uti­li­sa­tions pos­sibles du ve­nin à des fins phar­ma­ceu­tiques et en es­sayant d’en fi­nir avec des idées re­çues. « Ce ne sont pas des ani­maux agres­sifs. Leur ve­nin ne leur sert qu’à se dé­fendre ou à chas­ser pour se nour­rir. Et ils évitent de le gas­piller : le temps de le re­cons­ti­tuer, ils peuvent res­ter des se­maines sans dé­fense ou sans nour­ri­ture… Donc, pas be­soin d’avoir peur ! » Pro­mis, on va es­sayer. Quant aux plus pe­tits (mais à par­tir de 7 ans tout de même), ils se lais­se­ront cer­tai­ne­ment épa­ter par

« Di­li­li à Pa­ris », der­nier film d’ani­ma­tion de Mi­chel Oce­lot (le pa­pa de Ki­ri­kou). En­fin, les ama­teurs de do­cu­men­taires se jet­te­ront sur « RBG » (bio­gra­phie d’une fé­mi­niste amé­ri­caine de­ve­nue po­pu­laire comme une rock star à 85 ans) et « Lin­dy Lou, ju­rée n° 2 », re­por­tage pas­sion­nant sur la peine de mort.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.