« Ce­se­rait­gê­nant­que­le­quar­tie­ré­chap­peà­la­droite »

Odile, re­trai­téede78ans

Le Parisien (Paris) - - Politique - JU­LIEN DUFFÉ

C’nUne est l’épi­centre du chic et in­tel­lo Ve. Ici, le di­manche, les tracts vi­re­voltent, les can­di­dats se toisent et les noms d’oiseau fusent. Hier, pour­tant, le mi­nus­cule mar­ché de la place Monge pa­rais­sait as­sou­pi, tran­si de froid. Le calme avant le séisme dans ce fief ti­bé­riste ? Une botte de poi­reaux sous le bras, Luc, 52 ans, re­con­naît qu’il vo­te­ra à gauche en mars. Un choix de rai­son. « Les Ti­be­ri ont fait leur temps et NKM, qui m’a sé­duit au dé­but, mène une cam­pagne poudre aux yeux, très maigre sur le fond, tacle- t- il. Je ne suis pas d’ac­cord sur toutes leurs pro­po­si­tions, mais je choi­sis l’équipe en place : eux sont so­lides. » Comme beau­coup, le quin­qua est in­ca­pable de ci­ter le nom de Ma­rie- Ch­ris­tine Le­mar­de­ley, la tête de liste PS. « C’est une femme et… une uni­ver­si­taire » , hé­site Em­ma­nuelle, une grand- mère qui an­nonce vou­loir « vo­ter ef­fi­cace pour faire bas­cu­ler le Ve » . « Nous avons une chance unique de faire pas­ser la gauche : il faut la sai­sir » , pré­vient Jac­que­line. « Les Ti­be­ri doivent dé­ga­ger : trop, c’est trop. Qua­rante ans que je vis ici, qua­rante ans qu’ils sont là » , enrage Ni­cole.

vraie in­quié­tude chez les par­ti­sans de NKM

La can­di­da­ture dis­si­dente de Do­mi­nique Ti­be­ri passe en­core moins bien chez les par­ti­sans de NKM, chez qui l’on sent une vraie in­quié­tude. « Il risque de tout faire ca­po­ter, peste An­drée, sous sa re­din­gote noire. Les Ti­be­ri ne sont quand même pas une dy­nas­tie. J’ai vo­té à plu­sieurs re­prises pour le père, mais le fils, on ne le connaît pas, c’est un in­trus. Aun mo­ment, il faut vo­ter pour des idées. » Ici aus­si, le nom et le CV de la can­di­date Flo­rence Ber­thout, 51 ans et ac­tuelle pre­mière ad­jointe au maire du Ier ar­ron­dis­se­ment, n’ont pas im­pri­mé les mé­moires. « Une jeune femme dy­na­mique avec des qua­li­tés… mais que l’ap­pa­reil du par­ti nous a im­po­sée » , rap­pelle Louis, qui se dé­clare « bla­sé et scep­tique » . « Je suis dans l’ex­pec­ta­tive, mais je fi­ni­rai par choi­sir la can­di­date de NKM » , lâche An­nie, 71 ans. « Ce se­rait quand même gê­nant que le Ve échappe à la droite » , souffle Odile, re­trai­tée.

La pas­sion, on la trouve da­van­tage chez les ir­ré­duc­tibles du « clan » Ti­be­ri, qui re­crute à droite comme à gauche. A l’image de Ca­the­rine, ex­mi­li­tante so­cia­liste qui a fait la cam­pagne de Sé­go­lène Royal en 2007. « Il faut ar­rê­ter de vou­loir jouer les che­va­liers blancs, s’agace- t- elle. Do­mi­nique fait du ter­rain, il va dans les écoles, les as­so­cia­tions… Ce n’est pas du clien­té­lisme : il aime les gens. Je suis per­sua­dé qu’il y au­ra un ar­ran­ge­ment avec NKM entre les deux tours. » Luc, 70 ans, un haut fonc­tion­naire à la re­traite qui a vo­té Hol­lande en 2012, par­tage la même fer­veur. « La ma­jo­ri­té ac­tuelle nous ma­traque d’im­pôts et l’ar­ron­dis­se­ment de­vient dé­gueu­lasse, juge- t- il. C’est vrai que le Ve a été gâ­té quand Jean Ti­be­ri était maire de Pa­ris, mais, de­puis, on a été bien pu­nis. Do­mi­nique n’est peut- être pas une flèche, mais son père se­ra tou­jours der­rière. Et lui est un ex­cellent pro, ac­ces­sible, à l’écoute. Tout le contraire de Fillon qu’on nous a col­lé comme dé­pu­té et que l’on n’a ja­mais vu. »

Flo­rence Ber­thout

ici, bou­le­vard Saint- Ger­main, avec Na­tha­lie Kos­cius­ko- Mo­ri­zet.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.