Mo­ryDu­cros: en­core trois­joursd’at­tente

L’ave­nir du­nu­mé­ro­deux de la mes­sa­ge­rie fran­çaise ( 5 000sa­la­riés) reste sus­pen­du à une nou­velle au­dien­ce­du­tri­bu­nal de com­merce, re­por­tée àmar­di.

Le Parisien (Paris) - - Economie - BÉRANGÈRE LE­PE­TIT

Pour leur der­nier ba­roud d’hon­neur, ils ont ap­por­té une so­no, des pé­tards à pro­fu­sion et poussent ce cri de ras­sem­ble­ment pour ponc­tuer leurs chan­sons : « Vive la di­gni­té ! » Ve­nus de la Sarthe, de Seine- Ma­ri­time, du Val- de- Marne, près de 200 chauf­feurs, ca­ristes — tous sa­la­riés du 2e trans­por­teur de co­lis fran­çais Mo­ry Du­cros— se sont ras­sem­blés hier, en dé­but d’après- mi­di, de­vant le tri­bu­nal de com­merce de Pon­toise ( Val- d’Oise). Ils étaient là dans l’at­tente d’une dé­ci­sion de jus­tice sur la re­prise de leur en­tre­prise par Ar­cole In­dus­tries, plus de deux mois après l’an­nonce du dé­pôt de bi­lan de leur so­cié­té, le plus im­por­tant en France de­puis ce­lui de Mou­li­nex en 2001. Ils re­pré­sen­taient aus­si les 5 000 em­plois ré­par­tis sur 85 sites en France. Vers 16 heures, une sus­pen­sion de séance a été dé­ci­dée. nUn « Ar­cole In­dus­tries confirme et ac­cepte de pro­lon­ger son offre, mais vu la gra­vi­té du dos­sier et l’enjeu sur le plan so­cial, le tri­bu­nal sou­haite un dé­lai » , a an­non­cé Phi­lippe Blé­riot, l’ad­mi­nis­tra­teur ju­di­ciaire. Le tri­bu­nal re­pren­dra donc les dis­cus­sions mar­di, à 14 h 30. A l’ori­gine du blo­cage : la dé­ci­sion de la CFDT, syn­di­cat ma­jo­ri­taire, qui, con­trai­re­ment à

ac­cord à peau­fi­ner

ce qui avait été an­non­cé la veille, a dé­ci­dé de ne pas si­gner en l’état l’offre de re­prise, un do­cu­ment de… 86 pages. Les né­go­cia­tions ma­ra­thon conduites ces der­niers jours sous l’égide d’Ar­naud Mon­te­bourg, mi­nistre du Re­dres­se­ment pro­duc­tif, ne sont donc pas en­core ache­vées.

« Il n’est pas ques­tion de sa­cri­fier les sa­la­riés ! Il y a de nom­breuses amé­lio­ra­tions à ap­por­ter » , a mar­te­lé Fa­bian To­so­li­ni, res­pon­sable de la CFDT Trans­ports. La CGT a dé­jà in­di­qué qu’elle ne si­gne­rait pas, tan­dis que FO, la CFtC et la CFE- CGC, trois syn­di­cats mi­no­ri­taires, ont don­né leur feu vert à cette re­prise qui pré­voit le main­tien de 50 sites et de 2 200 em­plois sur 5 000.

Hier, la ma­jo­ri­té des blo­cus com­men­cés lun­di en France étaient le­vés. Mais le siège de l’en­tre­prise, à Go­nesse ( Val- d’Oise), reste oc­cu­pé par une poi­gnée d’ir­ré­duc­tibles. Cer­tains dorment dans leur ca­mion. Sur 362 postes, seuls 86 de­vraient être sau­vés. « Ici, 50 % des gens ne savent pas lire en fran­çais, alors com­ment vou­lez- vous qu’ils aient l’es­poir de re­trou­ver du bou­lot ? » in­ter­roge Mar­cel, dé­lé­gué de la CGT. « On sait qu’on a per­du un bout de notre vie, mais on reste là. Pour mon­trer qu’on existe, qu’on bouge en­core » , lâche un ou­vrier.

Pon­toise ( Val- d’Oise), hier. En­vi­ron 200 sa­la­riés de Mo­ry Du­cros ont dé­fi­lé jus­qu’au tri­bu­nal de com­merce pour at­tendre la dé­ci­sion quant à la re­prise de leur en­tre­prise.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.