« Ils­nousl’ont­vo­lée, ce­sont­des­monstres »

Son­père

Le Parisien (Paris) - - Faits divers - AVI­GNON ( VAU­CLUSE) De notre cor­res­pon­dante MU­RIELLE KASPRZAK

De­puis une semaine, la fa­mille de No­ra* re­tient son souffle à chaque son­ne­rie de té­lé­phone. L’ado­les­cente de 15 ans a dis­pa­ru du do­mi­cile fa­mi­lial, si­tué dans un quar­tier po­pu­laire d’Avi­gnon ( Vau­cluse), le 23 jan­vier avec quelques vê­te­ments, son pas­se­port et 550 € re­ti­rés de son compte ban­caire. Des­ti­na­tion : la Sy­rie. La fu­gueuse se se­rait ren­due en train à Pa­ris où elle au­rait pris un vol pour la Tur­quie. De là, elle au­rait re­joint par avion la fron­tière sy­rienne. Sai­si, le par­quet an­ti­ter- ro­riste de Pa­ris a confié l’en­quête à la sous- di­rec­tion an­ti­ter­ro­riste, la Di­rec­tion cen­trale du ren­sei­gne­ment in­té­rieur et l’an­tenne de la po­lice ju­di­ciaire d’Avi­gnon.

Dans le mo­deste ap­par­te­ment de la fa­mille, qui compte six en­fants, le père, hé­bé­té et les mains jointes, cherche des ex­pli­ca­tions. « C’est une ga­mine, on ne di­rait pas qu’elle a 15 ans » , sou­pire- t- il. Le ma­çon à la re­traite n’a re­mar­qué ni chan­ge­ment ni ap­pa­ri­tion d’un dis­cours ra­di­cal chez sa fille. Certes, elle por­tait de­puis sep­tembre un ban­deau noir sur la tête et un jil­bab ( une longue robe ample), mais « c’était pour ca­cher ses formes » , in­siste son frère aî­né, Foad. Sco­la­ri­sée en se­conde au ly­cée Fré­dé­ric- Mis­tral à Avi­gnon, la jeune fille cu­mu­lait pour­tant les ab­sences sans que ses pa­rents ne soient aver­tis. nElle No­ra, qui sor­tait peu, est en­trée en lien « avec des per­sonnes de la ré­gion pa­ri­sienne ap­pa­ren­tées au ji­had » sur Internet, se­lon le par­quet d’Avi­gnon. A la dis­pa­ri­tion de sa soeur, Foad a dé­cou­vert l’exis­tence d’un se­cond compte Fa­ce­book, ouvert dé­but jan­vier, sur le­quel elle ne masque pas

af­firme être en voyage

ses in­ten­tions. « Par Al­lah c’est très véridique, nos frères et soeurs sont em­pri­son­nées et nous, on a le temps de rire, etc., mais bien sûr ! ! Vu que ça at­teint pas notre fa­mille ou bien notre propre per­sonne… Nor­ma­le­ment, quand un mal touche à un mu­sul­man, ce mal doit at­teindre tous les mu­sul­mans. […] C’est triste par Al­lah je n’au­rai ja­mais la joie tant que ma oum­mah ( NDLR : com­mu­nau­té des mu­sul­mans) res­te­ra dans cet état- là » , a- t- elle écrit.

Pour son frère, No­ra n’a pour­tant pas le pro­fil de l’ap­pren­tie ji­ha­diste. « Si elle est par­tie là- bas, c’est pour ai­der les bles­sés et les en­fants, in­siste- t- il. Elle vou­lait de­ve­nir in­fir­mière, puis médecin. Il faut la connaître, ce n’est pas une per­sonne vio­lente. Ils n’ont pas dû l’em­bri­ga­der sur le ji­had, ils ont dû uti­li­ser la voix hu­ma­ni­taire. Si­non, elle au­rait com­plè­te­ment dé­vié de sa per­son­na­li­té. »

De­puis son dé­part, l’ado­les­cente a té­lé­pho­né deux fois à sa fa­mille. Elle leur a as­su­ré qu’elle ef­fec­tuait sim­ple­ment un hi­j­ra, un voyage dans un pays mu­sul­man. « Ils nous l’ont vo­lée, ce sont des monstres » , se dé­sole son père. * Le pré­nom a été chan­gé.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.