La­ville­nie s’en­vole à6,08m

Perche/ Le­Fran­çais est­de­ve­nu­hier le 2e

Le Parisien (Paris) - - Sports - SAn­drIne Le­FÈVre

Le cham­pion du monde du triple saut, Ted­dy Tam­gho, au­teur de la troi­sième per­for­mance de l’his­toire ( 18,04 m), a été l’un des pre­miers à s’ex­ta­sier, hier. « Je ne sais même pas quoi dire à ce ni­veau » , a- t- il lâ­ché sur Twit­ter. Six jours après avoir bat­tu le re­cord de France ( 6,04 m) du saut à la perche, Re­naud La­ville­nie, son pote de l’équipe de France, s’est en­vo­lé à 6,08 m hier soir à Byd­goszcz ( Po­logne).

Lors­qu’on sait qu’il de­vient ain­si le deuxième per­for­meur mon­dial d e t o u s l e s temps, der­rière le Tsar S e r g u e ï Bub­ka ( 6,15 m), on com­prend pour­quoi Tam­gho, d’ha­bi­tude si ba­vard, est res­té sans voix.

« Re­naud a réa­li­sé ce qu’il vaut en ce mo­ment, sou­ligne Phi­lippe d’En­causse, son en­traî­neur. En dé­but de sai­son, ses per­for­mances étaient ir­ré­gu­lières mais on sen­tait le po­ten­tiel. Hier ( avant- hier), il a fait une pré­com­pé­ti­tion, lors de la­quelle il a sau­té 5,70 m en sur­vê­te­ment et bas­kets : j’ai com­pris qu’il était vrai­ment en forme… »

On le sa­vait ex­trê­me­ment ta­len­tueux, pro­mis à un somp­tueux ave­nir, mais Re­naud La­ville­nie, du haut de ses 27 ans et de son 1,77 m ( un for­mat de poche dans le mi­lieu de la perche), a semble- t- il dé­ci­dé d’ac­cé­lé­rer le cours de son his­toire.

Sa­me­di, son re­cord de France réa­li­sé, le cham­pion olym­pique est ren­tré à l’hô­tel pour vi­sion­ner, dans la nuit, son saut qua­si par­fait à 6,04 m et ses trois ten­ta­tives ra­tées à 6,16 m. « Parce que j’aime mettre le plus vite pos­sible des images sur les sen­sa­tions que j’ai eues » , nous ra­con­tait La­ville­nie mer­cre­di, juste avant de s’en­vo­ler pour la Po­logne.

Car le Fran­çais est un per­fec­tion­niste, un dingue de perche ( au point d’avoir ins­tal­lé un sau­toir dans son jar­din) et un énorme bos­seur. Mer­cre­di, il di­sait aus­si qu’avant de s’at­ta­quer au re­cord mon­dial ( 6,15 m) et de re­ten­ter sa chance à 6,16 m, « il y avait plein de choses à faire » . Comme s’es­sayer à des hau­teurs in­ter­mé­diaires. C’est ce qu’il a fait, avec suc­cès hier, en fran­chis­sant à son pre­mier es­sai 6,08 m, de­van­çant au pas­sage Ste­ven Hoo­ker ( 6,06 en 2009) dans la hié­rar­chie des meilleurs per­chistes de tous les temps.

« On a choi­si cette barre pour mar­quer l’his­toire, si­gnale Phi­lippe d’En­causse. Là, Re­naud doit être su­per fier de ce qu’il a fait. C’est ba­lèze, ce qu’il a réa­li­sé. Il passe 6 m; der­rière, il réus­sit un saut à 6,08 m sans ac­croc, avec une marge cer­taine. Son 3e es­sai ( ra­té) à 6,16 m est sans doute la plus belle ten­ta­tive qu’il ait réa­li­sée à cette hau­teur- là… »

Dans quinze jours, il re­chaus­se­ra les pointes à Do­netsk ( Ukraine), dans la pa­trie de Bub­ka. « On va l’at­tendre à 6 m à chaque fois, et, quand il fe­ra 5,90 m, on di­ra qu’il s’est ra­té, se marre l’en­traî­neur. Il ne faut sur­tout pas ba­na­li­ser ces sauts. Bub­ka a mis neuf ans pour pas­ser de 6 m à 6,15 m. Re­naud a donc en­core de la marge. »

Re­naud doit être su­per fier de ce qu’il a fait”

Phi­lippe d’En­causse,

son en­traî­neur

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.