De­sur­gen­tis­te­sau­dis­pen­saire

Huit­mé­de­cin­shos­pi­ta­lier­son­tre­joint­leCo­sem

Le Parisien (Paris) - - Paris - ÉLO­DIE SOULIÉ

En quit­tant la rue de Rome ( VIIIe) et des lo­caux de­ve­nus in­adap­tés, trop com­plexes à ré­no­ver, le centre de san­té Co­sem ( la Co­or­di­na­tion des oeuvres so­ciales et mé­di­cales, re­grou­pant 3 centres de san­té à Pa­ris), n’a pas seule­ment don­né à ses équipes et ses pa­tients des lo­caux flam­bant neufs, à deux pas de l’Opé­ra. Le nou­veau « Centre mé­di­cal Au­ber » , qui vient d’ou­vrir rue Boudreau ( IXe), met un pied dans l’uni­vers jus­qu’alors ré­ser­vé à la mé­de­cine hos­pi­ta­lière : le soin d’ur­gence.

C’est « Urgent Care » , un pe­tit ser­vice dont l’équipe de 7 mé­de­cins et 4 in­fir­miers as­surent au quo­ti­dien, aux heures d’ou­ver­ture du dis­pen­saire ( 9 heures à 19 heures), la prise en charge des pe­tites et moyennes ur­gences. S’il n’a pas le titre d’un ser­vice d’ur­gences hos­pi­ta­lières, cet « Urgent Care » à l’an­glo- saxonne, dont l’en­seigne s’im­pose en rouge sur blanc à l’en­trée du bâ­ti­ment, a pour­tant sa carte à jouer dans l’offre de soins pa­ri­sienne. En­core plus alors que les Ser­vices d’Ac­cueil d’Ur­gence ( SAU) re­cherchent des so­lu­tions pour évi­ter l’en­gor­ge­ment.

Care re­çoit 5 à 10 pa­tients par jour

nUrgent Le Dr Pa­trick Vi­dal croit en sa pro­po­si­tion de soins. Médecin ur­gen­tiste dans un hô­pi­tal du Val- d’Oise, il a re­joint le Co­sem à mi- temps pour mon­ter ce pe­tit ser­vice ul­tra­mo­derne équi­pé pour re­ce­voir de la trau­ma­to­lo­gie sans ren­dez- vous, avec la pos­si­bi­li­té de faire des gestes d’ur­gence.

« Nous sommes par­tis du constat qu’au­jourd’hui les ur­gences de moyennes et faibles gra­vi­tés at­tendent très long­temps. Or si on est bien or­ga­ni­sé, elles peuvent être prises en charge en moins d’une heure » . Le ser­vice du Co­sem a été conçu dans cet ob­jec­tif, avec deux salles d’exa­mens et une salle « d’ap­point en mé­de­cine gé­né­rale où il est pos­sible de pas­ser im­mé­dia­te­ment des ra­dios… « Je suis al­lé à New- York voir com­ment fonc­tion­nait ce type de struc­tures, ra­conte le Dr Vi­dal. Là- bas on les ap­pelle des « wal­king- cli­nics » . C’était par­fai­te­ment adap­table ici, avec le double avan­tage que pour le pa­tient, le cadre est beau­coup moins an­xio­gène, et que c’est comme al­ler à l’hô­pi­tal puisque nous exer­çons en sec­teur 1, ( au ta­rif de base de la prise en charge sé­cu­ri­té so­ciale, NDLR). Le fait d’être ins­tal­lé au centre de Pa­ris de­vrait in­ci­ter les gens à ve­nir plus fa­ci­le­ment » .

De­puis son ou­ver­ture, Urgent Care re­çoit en­vi­ron 5 à 10 pa­tients par jour. En­torse de che­ville, lom­bal­gies ai­guës, in­fec­tion uri­naire, an­gine, hé­ma­tome sé­vère… « La plu­part de ces pa­tients ont pu être trai­tés ici, sou­ligne le pa­tron de l’équipe, et nous avons fait trans­fé­rer en moyenne un ma­lade à l’hô­pi­tal, chaque semaine » . Des trans­ferts jus­qu’à pré­sent orien­tés vers les hô­pi­taux pu­blics de la ca­pi­tale.

« L’es­sen­tiel, c’est de mon­trer que nous avons notre place à prendre pour désen­gor­ger les hô­pi­taux » . Le centre de san­té es­père aus­si ga­gner son au­to­ri­sa­tion pour s’équi­per d’un scan­ner et d’une Ima­ge­rie à ré­so­nance ma­gné­tique ( IRM). Co­sem : 9, rue Boudreau ( IXe). Tél. 01.53.38.27.27.

( L. P. E. S.)

Rue Boudreau ( IXe). Dans ces lo­caux to­ta­le­ment neufs, le pe­tit ser­vice « Urgent Care » compte 8 mé­de­cins ur­gen­tistes, dont le Dr Vi­dal ( au fond).

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.