PSG, une at­taque en souf­france

Le Parisien (Paris) - - La Une - DO­MI­NIQUE SÉVÉRAC

Le PSG n’at­taque pas dans les meilleures condi­tions sa semaine dé­ci­sive avec une de­mi­fi­nale de Coupe de la Ligue mar­di à Nantes et un som­met de L 1, cinq jours plus tard à Mo­na­co, de nou­veau à cinq points après son nul hier à Lo­rient ( 2- 2). Il n’y a rien d’alar­mant. Tou­te­fois, le sec­teur of­fen­sif de ce Pa­ris tou­jours aus­si joueur se montre moins flam­boyant de­puis la re­prise.

Edin­son Ca­va­ni, au­teur seule­ment de deux buts en huit matchs ( en te­nant compte de l’ami­cal PSG - Real Ma­drid le 2 jan­vier à Do­ha), sym­bo­lise à lui tout seul ce lé­ger ra­len­tis­se­ment. Le­quel ne se tra­duit pas tant dans les buts ( 19 ins­crits en sept matchs de com­pé­ti­tion le mois der­nier), mais plus au ni­veau des oc­ca­sions, moins nom­breuses.

Comme un sou­ci n’ar­rive ja­mais seul, l’Uru­guayen s’est bles­sé ven­dre­di soir contre Bor­deaux ( « éti­re­ment der­rière la cuisse » , dixit Blanc). Une écho­gra­phie en di­ra da- van­tage au­jourd’hui sur la gra­vi­té de sa bles­sure. For­fait qua­si cer­tain à la Beau­joire, l’at­ta­quant pour­rait sur­tout man­quer le ren­dez- vous à Mo­na­co. Le staff, vu les échéances à ve­nir, ne pren­dra au­cun risque. Des pro­blèmes per­son­nels Pro­di­gieux en dé­cembre, El Ma­ta­dor­marque le pas de­puis son re­tour au pays pour ré­gler son di­vorce et souf­fler après une pre­mière par­tie de sai­son somp­tueuse dans son nou­veau club. Mais sa vie pri­vée conti­nue de le per­tur­ber. Sa nou­velle com­pagne de­meure en Uru­guay. Il lui tarde qu’elle ob­tienne les der­niers do­cu­ments né­ces­saires à son ar­ri­vée en France. Ce cé­li­bat for­cé ap­pa­raît comme le pe­tit grain de sable qui dé­règle la ma­chine, même si ce n’est qu’une rai­son par­mi d’autres.

Tou­jours aus­si gé­né­reux dans ses re­pla­ce­ments, Ca­va­ni reste dis­cret of­fen­si­ve­ment comme à Brest, en Coupe de France, ou à Ajac­cio et Guin­gamp, en L 1.

Il lui ar­rive aus­si de ra­ter des si­tua­tions in­croyables de­vant le but, comme à Do­ha après une ac­tion fan­tas­tique ini­tiée par Ibra, re­layée par Ma­tui­di et qu’il n’a pas conclue seul face au gar­dien. Ou de­vant Mont­pel­lier au Parc des Princes, en coupe. Son but n’a pas suf­fi à ba­layer tous ses ra­tés ce soir- là.

Au PSG, il y a un gé­nie, Ibra­hi­mo­vic, à peu près tou­jours à fond, le ren­fort cette sai­son de Ca­va­ni, au top jus­qu’à ce mois de jan­vier, et der­rière à peu près per­sonne pour prendre le té­moin en termes d’ef­fi­ca­ci­té. Lavezzi traîne des sta­tis­tiques in­dignes à ce ni­veau alors qu’il est un ti­tu­laire ré­gu­lier et ses concur­rents — Lu­cas, Pas­tore, Mé­nez — in­fluent peu sur le jeu ou ex­posent en­core des la­cunes trop criantes ( lire ci- des­sous). En at­ten­dant de re­trou­ver le grand Ca­va­ni sur ses deux jambes, ces élé­ments- là doivent ai­der l’équipe à conclure le jeu de passes très exi­geant que les autres joueurs dé­ve­loppent.

(

Stade de France ( Saint- De­nis), hier. Gaël Fi­ckou.

( LP/ Fré­dé­ric Du­git.)

Parc des Princes ( Pa­ris), ven­dre­di soir. Mal­gré la vic­toire de son équipe, Edin­son Ca­va­ni a été ma­la­droit dans le der­nier geste face à Bor­deaux. Il est éga­le­ment sor­ti bles­sé, tou­ché à une cuisse.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.