En Bre­tagne, la pru­dence reste de mise

Les grandes ma­rées et la pluie ont re­la­ti­ve­men­té par­gné les ha­bi­tants du lit­to­ral at­lan­tique, qui reste tou­te­fois pla­cé en vi­gi­lance orange jus­qu’à cet après- mi­di.

Le Parisien (Paris) - - La Une - MOR­LAIX ( FI­NIS­TÈRE) De notre cor­res­pon­dant YVES POUCHARD

Mor­laix a pous­sé un ouf de sou­la­ge­ment hier lorsque les inon­da­tions tant re­dou­tées sont res­tées conte­nues. Dans les rues, lé­chant les com­merces de la basse ville, le ni­veau d’eau a at­teint une tren­taine de cen­ti­mètres, beau­coup moins que les 70 an­non­cés. « J’étais là à 7 heures pour épon­ger, mais l’eau ne s’est pas en­gouf­frée cette fois. A Noël, j’avais plus d’un mètre, parce nous n’avions pas été aler­tés » , sou­pire Fran­çoise Po­der, his­to­rique du com­merce mor­lai­sien, de­vant sa bou­tique de vê­te­ments. Ins­tal­lée de­puis 1974, neuf mois avant les plus dra­ma­tiques inon­da­tions qui ont sub­mer­gé la ville, elle a connu tous les dé­bor­de­ments des ri­vières Jar­lot et Quef­fleuth.

« Nous avons ins­tal­lé dès la pre­mière fois des bar­rières de bois qui ar­rêtent l’eau de­vant l’en­trée, mais au­jourd’hui, on ne trouve plus les joints d’étan­chéi­té, alors on bri­cole à chaque crue. Je m’adapte, mais si je trou­vais un ache­teur, je se­rais contente. » Même sentiment de las­si­tude chez Her­vé Pé­ron, de l’agence im­mo­bi­lière Ker­jean : « Mes prises élec­triques sont à un mètre du sol, j’ai l’as­pi­ra­teur pour pom­per, le ven­ti­la­teur pour sé­cher, mais la ré­pé­ti­tion use à la longue. A quand une vraie so­lu­tion ? »

Une grande ma­rée pré­vue ce ma­tin

C’est la ques­tion que pose aus­si la maire, Agnès Le Brun, sur le pont à chaque alerte : « Il fau­drait en­fin une so­li­da­ri­té ter­ri­to­riale avec des ta­lus ou re­te­nues d’eau en amont sur les autres com­munes. Les alertes mé­dia­ti­sées ont un im­pact né­ga­tif : Mor­laix est une ville d’art et d’his­toire, pas une si­nis­trée per­ma­nente ! » Le ré­pu­té pâtissier Pierre Mar­tin fait la même ré­flexion : « Nous mettre en alerte rouge, c’est dra­ma­ti­ser la si­tua­tion et faire pen­ser aux gens que tout le centre- ville est inon­dé pour une semaine. Ce sa­me­di ma­tin, on a épon­gé et ouvert à l’heure ! »

Avec leurs sacs de sable four­nis par la mai­rie, les com­mer­çants ont at­ten­du sans trop d’in­quié­tude la grande ma­rée de co­ef­fi­cient 114 de 19 heures. Par chance, les pluies de ce sa­me­di sont res­tées mo­destes, ce qui en a li­mi­té l’im­pact. « Di­manche ma­tin, je se­rai en­core au poste, puis lun­di, et en­suite, nous de­vrions être plus tran­quilles » , conclut Fran­çoise Po­der. Car mal­gré l’ac­cal­mie du cô­té des pluies, Mé­téo France a main­te­nu hier sa vi­gi­lance orange sur tout le lit­to­ral, de la Manche jus­qu’au Py­ré­nées- At­lan­tiques, jus­qu’à cet après­mi­di 16 heures. Une nou­velle grande ma­rée est pré­vue ce ma­tin avec un risque de forte houle.

C’est d’ailleurs plus au large, sur l’île de Sein, que l’on s’in­quiète dé­sor­mais. Dès le mi­lieu d’après- mi­di hier, d’im­pres­sion­nantes vagues ont com­men­cé à s’écra­ser sur les digues dé­jà fra­gi­li­sées. Ju­geant la si­tua­tion « dan­tesque » , le maire, Jean- Pierre Ker­loc’h a de­man­dé aux ha­bi­tants du front de mer de se pré­pa­rer à une éven­tuelle éva­cua­tion dans la nuit au cas où les vagues de près de 10 m an­non­cées s’abat­traient sur l’île.

Mor­laix ( Fi­nis­tère), dans la nuit de ven­dre­di à sa­me­di. Le ni­veau d’eau dans la com­mune a at­teint une tren­taine de cen­ti­mètres, beau­coup moins que les 70 an­non­cés.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.