Le ma­laise so­cial aucentre com­mer­cial

Le Parisien (Paris) - - Politique - G. B.

ette semaine en­core, le Bat­man do Bra­zil est ap­pa­ru deux fois aux cô­tés des ma­ni­fes­tants qui pestent contre la hausse des ti­ckets de bus à Rio. Une hausse qui avait dé­jà mis le feu aux poudres au dé­but de l’été, quand plus d’un mil­lion de per­sonnes avait dé­fi­lé pour ré­cla­mer plus de jus­tice so­ciale et… pas de Coupe du monde, dont l’or­ga­ni­sa­tion, qui se chiffre en mil­liards, est ac­cu­sée de cap­ter l’ar­gent pu­blic alors que la pau­vre­té conti­nue à sé­vir au Bré­sil. Ja­mais à cours d’ima­gi­na­tion, les Bré­si­liens ont mis au point une nou­velle forme de contes­ta­tion qui prend une am­pleur in­édite : le « ro­le­zin­ho » . Lit­té­ra­le­ment, le « pe­tit tour » . Des cen­taines de jeunes

Cdé­shé­ri­tés ou po­li­ti­sés se donnent ren­dez- vous dans les centres com­mer­ciaux grâce aux ré­seaux so­ciaux pour un lèche- vi­trines un peu par­ti­cu­lier. Le but : se ré­ap­pro­prier ces temples de la consom­ma­tion qu’ils es­timent ré­ser­vés aux nan­tis, au son du funk des fa­ve­las. On y drague, on y fait la fête, on y frime avec des vê­te­ments de marque… sous l’oeil mé­du­sé des clients ha­bi­tuels, qui ont vu aus­si dé­bar­quer le jus­ti­cier mas­qué sa­me­di der­nier. Par­tie de São Pau­lo, la fièvre des « ro­le­zin­hos » a conta­mi­né Rio et les autres grandes villes de­puis. Face au phé­no­mène, les centres com­mer­ciaux n’hé­sitent plus à fer­mer leurs portes en ca­tas­trophe dès qu’une des­cente se pro­file.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.