Ils­doi­ven­tap­por­ter­da­van­tage

Le Parisien (Paris) - - Sports - BER­TRAND MÉ­TAYER

Der­rière Ibra et Ca­va­ni, ils sont quatre à se dis­pu­ter l’ha­bi­tuelle der­nière place dans l’at­taque pa­ri­sienne. En l’ab­sence de l’Uru­guayen, ils au­ront da­van­tage de chances de pou­voir briller et d’amé­lio­rer des sta­tis­tiques qui font d’eux pour le mo­ment des rem­pla­çants en manque d’in­fluence. nLu­cas, 3 buts, 9 passes dé­ci­sives en 1 744 mi­nutes de jeu ( toutes com­pé­ti­tions confon­dues). Sa per­for­mance contre Bor­deaux a per­mis de gar­nir sa feuille de stats de deux passes dé­ci­sives. Ses neuf passes dont sept en L 1 ( 3e pas­seur du cham­pion­nat) viennent contre­dire l’im­pres­sion qu’il n’a tou­jours pas trou­vé sa place dans le jeu. Laurent Blanc pointe lui- même ses sou­cis d’ef­fi­ca­ci­té. « C’est ty­pi­que­ment un Bré­si­lien, un ar­tiste, sou­ligne le coach. Il fait des choses in­croyables avec le bal­lon mais le foot, c’est une équipe. Si on fait un nu­mé­ro, il faut être ef­fi­cace. Il a une vi­tesse in­croyable mais il n’est ef­fi­cace que lors­qu’il a le bal­lon. Il peut l’être beau­coup quand il ne l’a pas. Il a pro­gres­sé tac­ti­que­ment, même si c’est quelque chose dont il a en­ten­du par­ler seule­ment de­puis son ar­ri­vée en Eu­rope. Mais il fait des ef­forts. » La feuille de route est tra­cée. nE­ze­quiel Lavezzi, 4 buts, 2 passes dé­ci­sives en 1 491 mi­nutes. Lors­qu’on évoque l’équipe type pa­ri­sienne de la sai­son, l’Ar­gen­tin a sa place à la gauche du duo Ibra­hi­mo­vic- Ca­va­ni. Mais, con­trai­re­ment aux deux der­niers, Lavezzi reste le plus sou­vent muet. Une constante puisque, la sai­son der­nière, il n’a ins­crit que trois buts en L 1 même si ses cinq réa­li­sa­tions en Ligue des cham­pions lui ont per­mis de ter­mi­ner meilleur bu­teur du PSG sur la scène eu­ro­péenne. Sa dé­bauche d’éner­gie et son en­ga­ge­ment sont ra­re­ment pris en dé­faut mais son manque de réa­lisme face au but est un casse- tête lorsque l’une des deux stars de l’at­taque est ab­sente. Lors de ses cinq sai­sons à Naples, Lavezzi n’a ja­mais ins­crit plus de neuf buts par sai­son en Sé­rie A. Sa tra­ver­sée des Alpes est loin d’in­ver­ser la ten­dance. nJa­vier Pas­tore, 1 but et 1 passe en 1 228 mi­nutes. Et si, fi­na­le­ment, il était le grand ga­gnant de l’ar­ri­vée de Yo­han Ca­baye ? La si­gna­ture de l’an­cien du Losc de­vrait évi­ter à l’Ar­gen­tin de dé­pan­ner dans un rôle de re­layeur qui ne lui sied pas. « Il peut jouer ailleurs » , a confir­mé Laurent Blanc jeu­di. A gauche de l’at­taque, il est ca­pable d’ap­por­ter grâce à son sens de la passe. En no 10, il pour­rait être le pen­dant avan­cé d’un Thia­go Mot­ta de­vant sa dé­fense. Le pro­blème est que, pour ce­la, El Fla­co de­vra re­trou­ver une in­fluence qu’on ne lui a plus connue de­puis ses pre­miers mois à Pa­ris. nJé­ré­my Mé­nez, 2 buts en 731 mi­nutes. Il reste un mys­tère. Alors que la fai­blesse de la concur­rence et son po­ten­tiel lui ouvrent les portes de l’équipe de dé­part, il passe sou­vent son tour. En L 1, seuls Ca­ma­ra, On­gen­da, Ca­baye et Co­man ont joué moins que lui ( 418 mi­nutes). Conva­les­cent jus­qu’à mi- sep­tembre après son opé­ra­tion du dos, l’an­cien Ro­main est de­puis scot­ché au banc. Il faut dire que ses en­trées en jeu ne lui offrent pas de pers­pec­tives en rai­son de son ab­sence de tran­chant et de jus­tesse. Alors qu’il a dé­ci­dé ( par dé­faut ?) d’al­ler jus­qu’au bout de son contrat en juin, son ave­nir proche semble bou­ché. Sa par­ti­ci­pa­tion à la Coupe du monde est dé­sor­mais hy­po­thé­tique et sa relation avec Blanc, qui l’avait lan­cé en Bleu, pa­raît cou­pée.

Lu­cas, Lavezzi, Pas­tore et Mé­nez ac­cu­mulent les per­for­mances dé­ce­vantes et af­fichent des sta­tis­tiques in­suf­fi­santes.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.