« La­hai­ne­de­la­dé­faites’ins­talle »

Ligue1/ Rennes - Lyon Ber­nardLa­combe, conseiller­du­pré­si­dent­deLyon

Le Parisien (Paris) - - Sports - LYON ( RHÔNE) De notre cor­res­pon­dant Pro­pos re­cueillis par YVES LE­ROY

ICe n’est pas le mo­ment de par­ler de po­dium. On peut fi­nir dans les cinq pre­miers. Si on perd nos deux matchs à l’ex­té­rieur ( NDLR : contre Rennes et Nantes), on peut se re­trou­ver 10es. Il n’y a pas d’écart. Pa­ris est hors norme et va fi­nir avec 10 points d’avance sur Mo­na­co et 20 ou 25 sur les autres. On a quand même 7 points de re­tard sur Lille et on va jouer chez eux. A un mo­ment, on était 14es et on re­gar­dait der­rière… l lui est ar­ri­vé de se mon­trer sé­vère à l’en­contre des jeunes Lyon­nais, pas as­sez com­pé­ti­teurs à ses yeux. Ber­nard La­combe, le conseiller du pré­sident Au­las note avec sa­tis­fac­tion les pro­grès ré­cents dans ce do­maine. Il en fait la prin­ci­pale ex­pli­ca­tion du re­bond de l’OL, qui reste sur un mois de jan­vier par­fait tra­duit par 6 vic­toires en au­tant de matchs of­fi­ciels. Après avoir fait la moi­tié de son re­tard, Lyon doit- il vi­ser la 3e place ? BER­NARD LA­COMBE.

Go­mis va en­core fi­nir à quinze buts ”

Com­ment l’OL est- il sor­ti de sa spi­rale in­fer­nale ? On a eu beau­coup de bles­sés en dé­but de sai­son. Et puis, en­suite, quand tu es footeux, que tu mènes contre Va­len­ciennes ( 1- 1), Tou­louse ( 1- 1), Mar­seille ( 2- 2) et Lo­rient ( 2- 2) et que tu te fais re­joindre à chaque fois… Les types en avaient marre que tout s’ef­fondre. Il y a eu une prise de conscience. On sent tout le monde in­ves­ti, comme sur le match à Reims ( 0- 2). Com­ment soigne- t- on les têtes dans ce genre de si­tua­tion ? Ré­mi Garde a beau­coup par­lé, en in­di­vi­duel et avec le groupe. Ça a fait bou­ger le ves­tiaire. Même le banc vit fort les matchs. Les mecs sont contents de vivre en­semble. Ce ne sont pas de mau­vais gar­çons, mais à cer­tains mo­ments, chez eux, tu as l’im­pres­sion qu’après une dé­faite ils se disent que ça ira mieux la pro­chaine fois, que ce ne sont pas des com­pé­ti­teurs. Dans la gé­né­ra­tion d’avant, il y avait du ta­lent, comme il y en a au­jourd’hui, mais aus­si un es­prit de gagne in­croyable. On pou­vait voir Wil­tord, un gar­çon calme hors du ter­rain, se mettre dans des états pour un pe­tit jeu per­du… La haine de la dé­faite s’ins­talle dans cette équipe. Jus­qu’où peut al­ler Alexandre La­ca­zette ? De­puis qu’il est en CFA, je lui ré­pète d’être en­core plus tueur. C’est bien ce qu’il fait, mais il doit mettre en­core plus de buts. Je parle beau­coup avec lui et avec Ba­fé. Les at­ta­quants, ce sont des gens dif­fé­rents. Alexandre joue dé­jà dans un grand club, il doit res­ter chez nous pen­dant en­core deux ou trois ans. Etes- vous dé­çu que Go­mis parte libre cet été ? Cette sai­son, il va en­core fi­nir à quinze buts… Je lui parle sou­vent de la suite. Je lui de­mande pour­quoi il ne veut pas res­ter alors qu’il se plaît beau­coup dans cette ville. On le sent ins­tal­lé à Lyon… Dans le foot, on ne sait ja­mais, il peut très bien être en­core là l’an pro­chain.

Yoann Gour­cuff, le me­neur de jeu de l’OL, est lais­sé au re­pos par pré­cau­tion. Il res­sent une gêne aux ad­duc­teurs de­puis le week- end der­nier. Au­jourd’hui, 17 heures au stade de la Route de Lo­rient Ar­bitre : M. Kalt Rennes : Cos­til - Dan­zé ( cap.), Houn­tond­ji, Ar­mand, Mbengue - A. Dou­cou­ré, Ma­koun, T. Ba­kayo­ko - Ka­dir ( ou Ntep), Toi­vo­nen, Ales­san­dri­ni. En­tr : Ph. Mon­ta­nier. Lyon : A. Lopes - Zef­fane, Bi­se­vac, Um­ti­ti, Be­di­mo - Fo­fa­na, Go­na­lons ( cap), Gre­nier, Mvuem­ba - Go­mis, La­ca­zette En­tr : R. Garde.

Stade de Ger­land ( Lyon), di­manche. Après la der­nière vic­toire face à Évian- TG Ber­nard La­combe, le conseiller du pré­sident Au­las à l’OL, se veut confiant pour l’ave­nir son équipe en Ligue 1 : « Il y a eu une prise de conscience. »

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.