Le­re­vers­de­la­mé­daille

Cou­pe­de­laLigue( Fi­nalFour)/ Saint- Ra­phaël- PSG47- 46auxt. a. b.

Le Parisien (Paris) - - Sports Ile- De- France - CHAM­BÉ­RY ( SA­VOIE) De notre en­voyé spé­cial STÉ­PHANE BIAN­CHI

Cer­tains ap­pel­le­ront ça la ran­çon de la gloire. Eli­mi­né hier en de­mi- fi­nale de la Coupe de la Ligue par Saint- Ra­phaël ( 47- 46 aux t. a. b.), le PSG a ap­pris à ses dé­pens qu’être le plus gros pour­voyeur d’in­ter­na­tio­naux de l’Hexa­gone n’avait pas que des avan­tages. Une semaine après le cou­ron­ne­ment his­to­rique de l’équipe de France, c’est avec des hé- ros rin­cés par leur cam­pagne da­noise que le club de la ca­pi­tale et ses onze « eu­ro­péens » ont fi­ni par cé­der aux tirs au but leur billet pour la fi­nale aux Va­rois. « Cette Coupe de la Ligue fai­sait pour­tant par­tie de nos ob­jec­tifs, souffle le ca­pi­taine du PSG et des Bleus, Da­niel Nar­cisse. On avait tous en­vie de faire quelque chose de bien. Mais l’Eu­ro est l’une des com­pé­ti­tions les plus dures. Ça a lais­sé des traces tant sur le plan men­tal que sur le plan phy­sique. » Sa­muel Hon­ru­bia, autre ré­cent cham­pion d’Eu­rope, en sait quelque chose, lui qui a man­qué la balle de match à trente se­condes de la fin du temps ré­gle­men­taire avant d’échouer dans la cruelle séance des pe­nal­tys. « Ça me fait vrai­ment ch…, souffle l’ai­lier gauche des Bleus, in­con­so­lable hier. Je m’en veux de ne pas avoir réus­si à être plus fort que la fa­tigue… » Mais en dé­pit de l’in­croyable avance prise en dé­but de ren­contre ( 6- 0, 8e) et des di­verses oc­ca­sions que Pa­ris a eues de plier le match avant la pro­lon­ga­tion, Phi­lippe Gardent as­sure « ne rien avoir à re­pro­cher à ses joueurs. » « Ils ont fait un match de qua­li­té avec les moyens du mo­ment, pour­suit le coach pa­ri­sien. Au­jourd’hui, les po­teaux étaient juste plus sor­tants que ren­trants ! Et mê­me­si on a lais­sé une Coupe de la Ligue en route, je pense qu’on va bien­tôt ob­te­nir ce qu’on cherche. »

Il ne faut pas tout je­ter”

Bru­no Mar­ti­ni, ma­na­geur gé­né­ral

Eli­mi­né en quart de fi­nale de la com­pé­ti­tion la sai­son der­nière, bat­tu par Mont­pel­lier en fi­nale de Coupe de France en mai ou en­core en de­mi du Tro­phée des cham­pions en sep­tembre, Pa­ris n’est certes tou­jours pas une équipe de coupe. « Mais il ne faut pas tout je­ter, re­prend le ma­na­geur gé­né­ral, Bru­no Mar­ti­ni. Ce soir ( NDLR : hier), j’ai vu des choses in­té­res­santes, no­tam­ment dans l’es­prit et dans la ca­pa­ci­té de tous les joueurs à se mo­ti­ver au­tour d’un même ob­jec­tif. » Un constat trop rare cette sai­son à Pa­ris pour ne pas être sy­no­nyme de bonne nou­velle. ( 15- 18, 34- 34, 38- 38, 41- 41). Spec­ta­teurs 4 000. Ar­bitres : MM. Mo­re­no et Ser­ra­no.

Hall­grim­sson ( 1 but), Csas­zar ( 4 dont 3 pen.), Vo­ri ( 6), Gun­nars­son ( 3 dont 1 pen.), Aba­lo ( 6 dont 1 pen.), Han­sen ( 13 dont 1 pen.), Nar­cisse ( 5), Hon­ru­bia ( 4 dont 1 pen.), Ko­pl­jar ( 4). Gardent.

Dans l’autre de­mi- fi­nale, Mont­pel­lier s’est im­po­sé ( 26- 24) face à Dun­kerque. La fi­nale se tien­dra au­jourd’hui à 17 heures.

:

Cham­bé­ry ( Sa­voie), hier. Bien par­tis, les Pa­ri­siens ont peu à peu cé­dé avant de s’in­cli­ner aux tirs aux buts face aux Va­rois. « Cette Coupe de la Ligue fai­sait pour­tant par­tie de nos ob­jec­tifs » , re­grette le ca­pi­taine, Da­niel Nar­cisse ( no 25).

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.