« Ne­pa­sê­tre­li­kées­thu­mi­liant »

Joël­leMen­rath, so­cio­lo­gues­pé­cia­lis­te­de­su­sa­ges­nu­mé­riques

Le Parisien (Paris) - - Lefaitdujour - Pro­pos recueillis par A. R.

Joëlle Men­rath est l’au­teur d’une en­quête réa­li­sée pour la Fé­dé­ra­tion fran­çaise des té­lé­coms, mi2013, au­près de 20 ado­les­cents sur leur usage des ré­seaux so­ciaux. Pour­quoi Fa­ce­book est- il en perte de vi­tesse chez les jeunes ? JOËLLE MEN­RATH. Les ados ne se désa­bonnent pas, mais ils y passent beau­coup moins de temps. Cer­tains ont des dis­cours très tran­chés comme : « Fa­ce­book, c’est mort ! » Ce qui les gêne de plus en plus, c’est que Fa­ce­book est de­ve­nu un ter­ri­toire vir­tuel de l’image de fa­çade. Ils doivent cons­tam­ment sur­veiller leur taux de no­to­rié­té à cause du sys­tème des « like » , pos­ter des pho­tos qui les rendent po­pu­laires et faire des com­men­taires pour ob­te­nir l’ap­pro­ba­tion de leurs « amis » . Ne pas être « li­ké » est hu­mi­liant pour eux. Cer­tains m’ont dit : « C’est stres­sant d’être cons­tam­ment ju­gé. » Mais Fa­ce­book n’a- t- il pas tou­jours fonc­tion­né ain­si ? Le cli­mat a chan­gé. Tout le monde est pré­sent sur Fa­ce­book, y com­pris les pa­rents, grands- pa­rents, cou­sins, voi­sins… La no­tion d’ « amis » est de­ve­nue tellement large qu’il est dif­fi­cile de res­ter soi- même : il faut s’af­fi­cher aux yeux de tous sans fâ­cher per­sonne. Les ados ont l’im­pres­sion d’être dans un car­can de per­for­mance conti­nue. Du coup, ils migrent vers d’autres ré­seaux so­ciaux. Ils uti­lisent dé­sor­mais mas­si­ve­ment Snap­chat pour dis­cu­ter entre eux et échan­ger des pho­tos. Les échanges y sont ins­tan­ta­nés, ci­blés sur les seuls co­pains et co­pines, et sur­tout éphé- mères… Les mes­sages y sont comme des clins d’oeil échan­gés dans la vraie vie. Il y a aus­si les ap­plis Ask. fm, Twit­ter, Ins­ta­gram ou en­core Vine. Les pa­rents doivent- ils s’in­quié­ter de cette évolution ? Sur­tout pas. Il ne faut pas qu’ils es­saient, comme sur Fa­ce­book, de s’in­sé­rer dans ces uni­vers… Ils y flirtent par­fois avec les li­mites de l’in­ter­dit, mais c’est ce qui fait jus­te­ment gran­dir un ado vers l’âge adulte.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.