L’an II de­la Ma­nif pour­tous

Les cor­tèges an­ti- ma­riage gay ont réus­si leur pa­ri de mo­bi­li­ser — sans les dé­ra­pages de di­manche der­nier — contre une loi pour­tant vo­tée... il y a huit mois.

Le Parisien (Paris) - - Politique - HÉ­LÈNE HAUS ET JEAN- MARC DUCOS

La France bleu blanc rose a ga­gné son pa­ri. Les par­ti­sans de la Ma­nif pour tous ont été très nom­breux, hier, à battre le pa­vé dans la ca­pi­tale pour pro­tes­ter contre ce qu’ils ap­pellent dé­sor­mais la « fa­mi­li­pho­bie » du gou­ver­ne­ment : entre 80000 ( se­lon la po­lice) et 500000 per­sonnes ( se­lon les or­ga­ni­sa­teurs).

A Lyon, les es­ti­ma­tions font moins le grand écart : le cor­tège a réuni entre 20000 et 40000 per­sonnes. Ve­nant de Lille ( Nord), de Bre­tagne, de Ven­dée... Les op­po­sants au ma­riage gay sont ar­ri­vés par trains ou cars de toute la France. Dans la foule, des fa­milles sur­tout, et beau­coup de jeunes.

Une se­maine après les dé­bor­de­ments du Jour de co­lère, ponc­tuée de que­nelles et de slo­gans an­ti­sé­mites, la ma­ni­fes­ta­tion s’est cette fois dé­rou­lée sans in­ci­dent.

« Le mi­nistre de l’In­té­rieur vou­lait nous faire pas­ser pour des ex­tré­mistes... C’est ra­té ! » a fé­li­ci­té l’un des ani­ma­teurs en chauf­fant la place Den­fert- Ro­che­reau, dans le XIVe ar­ron­dis­se­ment, inon­dée de dra­peaux bleu et rose.

Les ma­ni­fes­tants ont même réus­si à dé­ployer sur une fa­çade d’im­meuble un tis­su noir haut de six étages avec l’ins­crip­tion « Hol­lande kills fa­mi­ly » ( « Hol­lande tue la fa­mille » en an­glais).

La théo­rie du genre, nou­veau che­val de ba­taille

S’ils ré­clament en­core l’abro­ga­tion de la loi Tau­bi­ra lé­ga­li­sant le ma­riage ho­mo­sexuel, vo­tée au prin­temps, les par­ti­sans de la Ma­nif pour tous ont trou­vé dans l’ABDC de l'éga­li­té, mis en place par l'Edu­ca­tion na­tio­nale, un nou­veau che­val de ba­taille. Ils ac­cusent sur­tout le mi­nistre, Vincent Peillon, de faire l’apo­lo­gie de la théo­rie du genre via cette ex­pé­ri­men­ta­tion l an­cée dans 600 classes pour lut­ter contre les sté­réo­types hommes- femmes. « Le gou­ver­ne­ment nous em­brouille avec ces ABDC. C’est le lob­by LGBT ( NDLR : les­biennes, gays, bi­sexuels et trans­genres) qui in­filtre l’école ! » s’in­digne Na­jib, un père de fa­mille ve­nu de Rennes ( Ille- et- Vi­laine), qui a ou­vert le cor­tège avec le dra­peau « Les mu­sul­mans disent non au ma­riage ho­mo­sexuel. » « J’ai peur pour mes en­fants ! » lance ce qua­dra­gé­naire qui a par­ti­ci­pé à la jour­née de re­trait de l’école or­ga­ni­sée lun­di der­nier par des pa­rents pour pro­tes­ter contre l’ABCD.

« Nous sommes pour l’éga­li­té hommes- femmes, mais qu’on ar­rête de vou­loir en­sei­gner la sexua­li­té à nos en­fants ! On va leur ap­prendre à se mas­tur­ber à l’école! » , pré­dit une mère de fa­mille de six en­fants ve­nue de la Sarthe, entre deux salves de « Peillon, dé­mis­sion ! »

« Hol­lande t’es fou­tu, les fa­milles sont dans la rue »

« Où est ton pa­pa ? » Tout au long du cor­tège, les or­ga­ni­sa­teurs ont fait la quête au­près des ma­ni­fes­tants, en­traî­nés par les pa­roles de « Pa­paou­tai » , le tube de Stro­mae. 10 €, 20 €, 50 €... Les billets gla­nés se sont mul­ti­pliés comme des pe­tits pains. Des ob­jets à l’ef­fi­gie de la Ma­nif étaient éga­le­ment ven­dus. Pen­dant ce temps, la foule mar­chait en si­lence de­vant la place des In­va­lides pour dé­non­cer « le mé­pris du gou­ver­ne­ment à l’égard des en­fants et des fa­milles » . « Le pré­sident ne nous a pas écou­tés l’an pas­sé. Il faut qu’il sache qu’on est contre les mères por­teuses ou la pro­créa­tion mé­di­ca­le­ment as­sis­tée pour les couples ho­mo­sexuels. Il est fa­mil­lo­phobe » , s’in­quiètent Fran­çoise et Jeanne, deux ma­mans ori­gi­naires de Poi­tou- Cha­rentes, qui ont par­ti­ci­pé à la Marche pour la vie contre l’avor­te­ment le 19 jan­vier. Jo­seph Thou­ve­nel, vice- pré­sident du syn­di­cat CFTC, est lui mon­té sur scène pour dé­non­cer la ré­forme du fi­nan­ce­ment des Al­lo­ca­tions fa­mi­liales.

Le pré­sident de la Ré­pu­blique a été la cible de toutes les cri­tiques. Les slo­gans « Hol­lande, t’es fou­tu, les fa­milles sont dans la rue ! » , fai­saient écho aux cris « Hol­lande, dé­mis­sion ! » . « C’est bien de contes­ter, mais il faut aus­si agir ! » sou­ligne une mère de fa­mille de cinq en­fants ori­gi­naire de Ver­nouillet ( Yve­lines), qui a dé­ci­dé de s’ins­crire sur la liste UDI de sa com­mune. « Nous sommes à deux mois des mu­ni­ci­pales, il faut que vous ques­tion­niez vos maires pour sa­voir ce qu’ils pensent de la fu­ture loi sur la fa­mille » , a lan­cé à la foule Lu­do­vine de la Ro­chère, la pré­si­dente du mouvement. La Ma­nif pour tous a d’ailleurs dif­fu­sé à plu­sieurs re­prises une vi­déo dans la­quelle des élus tels que Fran­çois de Ma­zières, le maire DVD de Ver­sailles, Jean Las­salle, le dé­pu­té MoDem des Py­ré­nées- At­lan­tiques ou Bru­no Re­tailleau, sé­na­teur UMP de Ven­dée, ont rap­pe­lé leur op­po­si­tion à la GPA et à la PMA. Mais c’est la dé­pu­tée FN du Vau­cluse, Ma­rion Ma­ré­chal- Le Pen, éga­le­ment en­re­gis­trée, qui a re­cueilli le plus d’ap­plau­dis­se­ments.

Pa­ris, hier. Par­mi les ma­ni­fes­tants, Jeanne et Fran­çoise, deux mères de fa­mille ve­nues de Poi­tou- Cha­rentes, et Na­jib ( à droite), ve­nu de Rennes ( Ille- et- Vi­laine).

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.