Ap­pe­lez- la ma­dame la dé­lé­guée

Le Parisien (Paris) - - Sports Ile- De- France - ÉRIC MI­CHEL

L es clubs lui re­prochent sou­vent d’ap­pli­quer le rè­gle­ment avec zèle. Les joueurs cri­tiquent la plu­part du temps son manque de sou­plesse. Pre­mier ar­ri­vé, der­nier par­ti : on connaît très ra­re­ment son nom. Pour­tant, son rôle est es­sen­tiel et son rap­port est re­dou­té par tous. Qui est- il ? C’est le dé­lé­gué, re­pré­sen­tant de la Fé­dé­ra­tion fran­çaise de foot­ball ( FFF) qui vient en sou­tien des ar­bitres sur les matchs of­fi­ciels. Nous avons ren­con­tré au dé­but du mois de jan­vier Mo­nique Juste, 50 ans, alors qu’elle of­fi­ciait à Fleu­ryMé­ro­gis ( Es­sonne), lors d’une ren­contre de CFA 2. Elle est l’une des rares femmes à oc­cu­per la fonc­tion et s’est confiée à notre jour­nal.

Presque tous ses week- ends, elle les passe sur un ter­rain dans la peau de dé­lé­guée. Dingue de foot par goût et tra­di­tion fa­mi­liale, Mo­nique Juste ( 50 ans) ne compte pas son temps : « On ar­rive deux heures avant le match et on re­part une heure après. Une fois à la mai­son, il faut en­core écrire le rap­port du match et l’en­voyer à la Fé­dé. Les gens n’ont pas conscience de ça. On ne leur de­mande pas non plus : c’est notre tra­vail. »

Il y a un mois, elle re­pré­sen­tait la FFF à Fleu­ry- Mé­ro­gis, club de CFA 2. Dis­crète, veillant à tout du coin de l’oeil, rap­pe­lant d’un geste aux en­traî­neurs de ne pas dé­pas­ser leur zone de­vant le banc, ma­dame la dé­lé­guée a pas­sé un après- mi­di tran­quille. Pas d’in­ci­dents, de gestes d’hu­meur ou d’aver­tis­se­ments. Rien à si­gna­ler ! Sauf… un coup de mou du bal­lon d’eau chaude dans le ves­tiaire des ar­bitres qui les a obli­gés à prendre une douche gla­cée. « Je le note sur mon rap­port, pré­cise la re­pré­sen­tante de la Fé­dé­ra­tion. Pas pour que le club soit sanc­tion­né mais pour que la Fé­dé soit pré­ve­nue et fasse re­des­cendre ce dys­fonc­tion­ne­ment à la mai­rie afin de faire la ré­pa­ra­tion né­ces­saire. » A Fleu­ry, les di­ri­geants ont pris bonne note des re­com­man­da­tions de Mme la dé­lé­guée qui connaît les rè­gle­ments sur le bout des ongles. Un sta­tut de bé­né­vole « On nous prend pour des flics mais c’est ou­blier que nous sommes d’abord là pour ai­der les clubs, leur don­ner des pe­tits con­seils pour amé­lio­rer les choses. Je n’ai pas en­vie d’être une casse- pieds. Je suis juste là pour faire ap­pli­quer le rè­gle­ment car il faut bien que quel­qu’un le fasse. Ma mé­thode, c’est le dia­logue. »

Mis­sion ac­com­plie, un ca­fé chaud l’at­tend au club- house de Fleu­ry- Mé­ro­gis. Sa seule ré­com­pense car Mo­nique Juste ne gagne rien à oc­cu­per la fonc­tion de dé­lé­guée. Elle a un sta­tut de bé­né­vole. « Dans notre branche, contrai­re­ment sans doute aux idées re­çues, nous ne sommes pas payés, confie- t- elle. Nous pre­nons juste sur notre temps libre. La seule somme d’ar­gent que nous tou­chons est liée à l’in­dem­ni­sa­tion des frais ki­lo­mètres pour se rendre à un match. C’est tout. »

Mo­nique Juste est une des six femmes en France seule­ment à exer­cer la fonc­tion et of­fi­cie sur les ter­rains de Na­tio­nal, CFA, et CFA 2 de­puis une dou­zaine d’an­nées. Elle pour­rait am­bi­tion­ner de mon­ter au ni­veau au- des­sus, chez les pros. Ce n’est pas son sou­hait et elle ne choi­sit pas non plus ses matchs. Mo­nique Juste connaît son pro­gramme à peine deux mois à l’avance. Elle sait par exemple qu’elle re­trou­ve­ra Fleu­ry à Chartres. Ce se­ra le 15 fé­vrier. « Ce qui m’anime, c’est la pas­sion ? tout bê­te­ment, pour­suit- elle. Mon époux est édu­ca­teur et lui aus­si pas­sion­né de bal­lon. Etre dé­lé­guée me per­met de res­ter dans le foot et de le cô­toyer au plus près. C’est ma plus grande mo­ti­va­tion. »

( LP/ Eric Ba­lé­dent).

Fleu­ry- Mé­ro­gis ( Es­sonne), le 12 jan­vier. Mo­nique Juste vient sou­vent rem­plir son rôle de dé­lé­guée sur les matchs de CFA ou CFA 2 de la ré­gion. Les clubs fi­nissent par bien la connaître et la res­pec­ter.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.