« Cen’est pas un gen­darme »

Alain Du­rand, res­pon­sable des dé­lé­gués à la FFF

Le Parisien (Paris) - - Sports Ile- De- France - Pro­pos recueillis par É. M.

Pa­tron de la Ligue de foot­ball d’At­lan­tique, Alain Du­rand di­rige aus­si la Com­mis­sion na­tio­nale des dé­lé­gués. C’est lui leur pa­tron. Il ex­plique leur rôle. A quoi sert un dé­lé­gué ? ALAIN DU­RAND. Il est le re­pré­sen­tant of­fi­ciel de la Fé­dé­ra­tion. Sa pré­sence est très pré­cieuse pour l’ar­bitre. Il fait ap­pli­quer les rè­gle­ments ? qu’il doit connaître à la per­fec­tion, mais ce n’est pas un gen­darme. S’il y a un pro­blème, c’est vers lui qu’on se tourne. Il a aus­si un rôle d’aide et de con­seil au­près des clubs pour des as­pects très pra­tiques concer­nant la sé­cu­ri­té, la billet­te­rie. Qui sont les per­sonnes qui se di­rigent vers cette fonc­tion ? Il n’existe pas de pro­fil type. Sou­vent, il s’agit d’an­ciens ar­bitres qui ont pas­sé la li­mite d’âge et sou­haitent res­ter dans le foot. Nous avons aus­si des di­ri­geants ex­pé­ri­men­tés qui veulent connaître une nou­velle ex­pé­rience. Ma­jo­ri­tai­re­ment, c’est un homme qui peut of­fi­cier jus­qu’à 70 ans, mais nous ne les re­cru­tons plus au- de­là de 60 ans. Qu’at­ten­dez- vous des dé­lé­gués ? Trois choses : le sa­voir, qu’ils connaissent par­fai­te­ment leur fonc­tion. Le sa­voir- être, car leur com­por­te­ment est es­sen­tiel. Et le sa­voir- faire, car il n’est pas utile de connaître sa tâche si on ne sait pas com­ment la faire en­tendre dans de bonnes condi­tions.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.