Cham­pion après avoir connu l’en­fer!

Le Parisien (Paris) - - Sports Ile- De- France - AR­NAUD DETOUT nMé­lin Nou­mon­vi et Evric Ni­ko­ghos sian, li­cen­ciés éga­le­ment à Ba­gno­let, ont été sa­crés res­pec­ti­ve­ment en - 96 kg et - 74 kg aux Cham­pion­nats de France.

Sa­me­di, 18 h 40. Akh­med Ai­buev ( Ba­gno­let) vient de battre Maël Mis­sillier ( Bel­leu) en fi­nale des Cham­pion­nats de France Elite à Saint- Quen­tin ( Aisne). Après avoir sur­vo­lé toute la jour­née la ca­té­go­rie des - 84 kg, il lève les bras au ciel puis pose ses mains sur son vi­sage.

Mê­me­si les larmes ne coulent pas, l’émo­tion est in­tense pour le Tchét­chène de 22 ans, na­tu­ra­li­sé Fran­çais en sep­tembre der­nier. Les sou­ve­nirs de la guerre en Tchét­ché­nie et les longues an­nées d’at­tente avant de de­ve­nir un ci­toyen fran­çais dé­filent dans un coin de sa tête. « Je suis très heu­reux, ju­bile ce ci­né­phile. Pour mes pre­miers Cham­pion­nats de France, j’avais une énorme pres­sion mais, fi­na­le­ment, c’était un bon stress que j’ai réus­si à maî­tri­ser ( sou

rire). » La jeune pé­pite de la lutte tri­co­lore est née en 1991 à Groz­ny, ca­pi­tale de la Tchét­ché­nie, une Ré­pu­blique consti­tu­tive de la Fé­dé­ra­tion de Rus- sie. Il se tourne d’abord vers le taek­won­do à l’âge de 7 ans. « Dans notre culture, un homme doit sa­voir se dé­fendre, donc les pa­rents amènent leur en­fant sys­té­ma­ti­que­ment vers un sport de com­bat, ex­plique- t- il. La lutte est ra­pi­de­ment de­ve­nue une évi­dence pour moi car j’étais at­ti­ré par le corps- à- corps. »

Dans un pays en guerre où il ha­bite un pe­tit village, Pe­tro­pav­lovs­kaya, les en­traî­ne­ments quo­ti­diens sont ses seuls mo­ments de dé­tente. « Le reste du temps, on était cloî­trés à la mai­son, se rap­pelle ce­lui qui a per­du l’un de ses cou­sins âgé de 17 ans. Nous étions des mu­sul­mans mo­dé­rés, mais notre ré­gion était bom­bar­dée chaque jour. Ce­la res­sem­blait à un trem­ble­ment de terre. »

En 2002, les pa­rents d’Akh­med font ap­pel à un pas­seur pour quit­ter la Tchét­ché­nie en com­pa­gnie de leurs trois en­fants. Ca­chés dans un ca­mion, ils tra­versent la Rus­sie, la Po­logne et l’Al­le­magne pour ar­ri­ver en France, où ils re­trouvent un ami du père d’Akh­med. Cet homme les aide à trou­ver un hô­tel et ins­crire les trois en­fants dans un col­lège pour les non- fran­co­phones.

Sou­te­nu par Bar­to­lone pour sa na­tu­ra­li­sa­tion

Akh­med re­prend la lutte au club de l’US Mé­tro puis à Ba­gno­let par l’in­ter­mé­diaire de Di­dier Du­ceux. Le pré­sident du club de la Seine- SaintDe­nis, sen­sible à son par­cours, dé­niche un lo­ge­ment à ses pa­rents. Ta­len­tueux et mo­ti­vé, Ai­buev fait sa de­mande de na­tu­ra­li­sa­tion à l’âge de sa ma­jo­ri­té, mais elle est re­je­tée. La Fé­dé­ra­tion fran­çaise ne lâche pas pour au­tant son pe­tit pro­dige et lui ouvre les portes de l’In­sep. « C’était dé­mo­ti­vant d’at­tendre ma na­tu­ra­li­sa­tion, avoue- t- il. J’en étais même de­ve­nu moins as­si­du aux en­traî­ne­ments. »

Le sou­tien de Claude Bar­to­lone, pré­sident de l’As­sem­blée na­tio­nale, fa­ci­lite sa nou­velle de­mande. Akh­med de­vient en­fin fran­çais en sep- tembre. « Je me dis tous les jours que j’ai de la chance d’être fran­çais même si je n’ou­blie pas d’où je viens, af­firme ce­lui qui suit une for­ma­tion pour de­ve­nir ani­ma­teur spor­tif. J’aime la di­ver­si­té, le res­pect et la to­lé­rance qu’il existe en France. »

Grâce à son pre­mier titre na­tio­nal, il de­vrait par­ti­ci­per aux Cham­pion­nats d’Eu­rope et aux Mondiaux cette an­née sous la tu­nique tri­co­lore. « Akh­med a un gros po­ten­tiel, et on compte sur lui pour l’ave­nir » , af­firme Mi­chel La­fon, le di­rec­teur tech­nique na­tio­nal. « Je veux rat­tra­per le temps per­du, in­siste le com­bat­tant. De­ve­nir cham­pion olym­pique est le rêve de tout spor­tif. La lutte fran­çaise at­tend quelque chose de moi et je ne la dé­ce­vrai pas. » Ren­dez- vous est pris.

Saint- Quen­tin ( Aisne), sa­me­di. Akh­med Ai­buev ( en bleu) est né en 1991 à Groz­ny. Avant d’ar­ri­ver en France, il a connu la guerre en Tchét­ché­nie.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.