Vi­try: des ha­bi­tants veulent sau­ver leurs pa­villons

Le Parisien (Paris) - - De- France Ile- - L. M.

Leur mai­son pour­rait bien ne pas sur­vivre au pas­sage du Grand Pa­ris Express. Celle de leurs voi­sins non plus. De­puis plu­sieurs se­maines, Isa­belle et Georges Dayan­tis, un couple éta­bli à Vi­try­sur- Seine ( Val- de- Marne) re­muent ciel et terre pour ten­ter de dé­tour­ner le pas­sage du su­per­mé­tro... et sau­ver leur pa­villon.

« On n’est évi­dem­ment pas op­po­sés au pro­jet de trans­ports et on est conscient qu’il faut trou­ver des ter­rains pour le réa­li­ser » , dé­crypte Isa­belle d’une voix calme, sou­cieuse de ne pas pas­ser avec son ma­ri pour « les ha­bi­tants égoïstes qui ne voient pas plus loin que leur propre in­té­rêt » . Ce qui mo­tive le com­bat de ces ri­ve­rains, ce sont « les er­reurs qui ont été faites dans le choix du ter­rain » , qui, dans leur cas, doit ac­cueillir le puits d’aé­ra­tion nu­mé­ro 14 de la ligne 15 sud. « Ces ter­rains ap­par­te­naient à l’Etat de­puis les an­nées 1960 et nous étions lo­ca­taires de la mai­son, mais ils ont été ven­dus de gré à gré il y a quelques an­nées, ex­plique Isa­belle Dayan­tis. On est de­ve­nus pro­prié­taires en juillet 2011. »

Pro­blème, les ter­rains étaient tou­jours ré­per­to­riés comme « pu­blics » sur les re­gistres de l’Etat. « C’est ce qui a gui­dé le choix de la So­cié­té du Grand Pa­ris ( SGP) » , es­time la Vi­triote. En ef­fet, pour réa­li­ser ses ou­vrages en sur­face, la SGP évite au maxi­mum les ter­rains pri­vés. « A la li­mite, la SGP est la moins cou­pable, re­prend la ri­ve­raine. Mais ils au­raient pu vé­ri­fier les in­for­ma­tions... »

Le couple est d’au­tant plus re­mon­té qu’il a en­ga­gé pour 100 000 € de tra­vaux il y a deux ans dans leur mai­son. Du cô­té de la SGP, on se contente d’as­su­rer « prê­ter at­ten­tion à cette si­tua­tion, comme à tout pro­blème de ce type » sans com­men­ter dans le dé­tail.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.