Go­mis sait où il­va

Ligue1/ LeLyon­nais peuts’en­ga­ger avec unau­tre­club

Le Parisien (Paris) - - Sports - LYON ( RHÔNE) De notre cor­res­pon­dant YVES LE­ROY ( AVEC MA­THIEU GRÉ­GOIRE)

En plus d’être son meilleur bu­teur en ac­ti­vi­té, Ba­fé­tim­bi Go­mis est sans doute l’un des plus ha­biles com­mu­ni­cants du cham­pion­nat. A cinq mois de la fin de son contrat, l’at­ta­quant, qui a re­fu­sé de quit­ter Lyon l’été der­nier mal­gré sa mise à l’écart, en­tre­tient sa­vam­ment le flou sur son ave­nir. Sa si­tua­tion sus­cite de mul­tiples ques­tions. nEst- il per­for­mant ? OUI. Bien qu’il reste sur un match ra­té à Rennes, l’an­cien Sté­pha­nois de­meure un élé­ment clé de Lyon. Alors qu’il n’a été ré­in­té­gré que dé­but sep­tembre, il a dé­jà mar­qué 14 buts en 26 matchs of­fi­ciels, dont 8 en cham­pion­nat. « Je suis un joueur qui aime le club et qui res­pecte son contrat » , ré­pète l’in­ter­na­tio­nal ( 12 sé­lec­tions, 3 buts), qui a 2 mo­teurs per­son­nels : la Coupe du monde au Bré­sil et la barre des 100 buts en Ligue 1. Avec 96 uni­tés, il n’en est plus très loin.

nEn veut- il à Au­las et à Garde ?

OUI ET NON. La guerre es­ti­vale s’était ter­mi­née par une réunion et des dé­cla­ra­tions d’apai­se­ment. Go­mis a prou­vé son pro­fes­sion­na­lisme sur le ter­rain et dans le ves­tiaire, où il fait fi­gure de grand frère. A 28 ans, l’at­ta­quant sait qu’il n’a au­cun in­té­rêt à en­tre­te­nir une ran­coeur te­nace, mais le conflit n’est évi­dem­ment pas to­ta­le­ment ou­blié. Il rap­pelle, dès qu’il en a l’oc­ca­sion, qu’il a été « pé­na­li­sé en n’ayant pas eu de pré­pa­ra­tion es­ti­vale » , et le flou qu’il en­tre­tient au su­jet de son ave­nir ne peut qu’ir­ri­ter sa hié­rar­chie après ses re­fus ré­pé­tés de pro­lon­ger.

nVa- t- il re­nou­ve­ler son contrat ?

NON. Les chances de le voir rem­pi­ler à l’OL sont in­fimes. Go­mis dit clai­re­ment que « tout est pos­sible » , mais cette com­mu­ni­ca­tion ro­dée lui per­met de conser­ver une porte de sor­tie s’il ne re­çoit pas d’op­por­tu­ni­té sa­tis­fai­sante à ses yeux. Ce ne de­vrait pas être le cas. Même si Lyon ap­pré­cie beau­coup le joueur, son sa­laire ( 300 000 € brut par mois) est peu com­pa­tible avec ses contraintes éco­no­miques et la nou­velle taxe à 75 %. nVa- t- il si­gner à l’OM ? PRO­BA­BLE­MENT PAS. « C’est vrai qu’il y a des dis­cus­sions ( NDLR : avec Mar­seille), mais je n’ai si­gné au­cun ac­cord avec un club, quel qu’il soit » , af­firme Go­mis, libre de s’en­ga­ger avec un nou­veau club de­puis le 1er jan­vier. « Il nous a été pro­po­sé à des condi­tions aux­quelles nous ne pou­vions pas don­ner suite, de­puis rien à si­gna­ler » , pré­cise pour sa part Vincent La­brune, le pré­sident de l’OM. A ef­fec­tif constant, sans dé­part de Gi­gnac par exemple, le sa­laire du Lyon­nais ne rentre pas dans la grille sa­la­riale du club pho­céen. En outre, Go­mis n’est pas per­sua­dé que l’OM lui ga­ran­tit une pro­gres­sion spor­tive et fi­nan­cière. Après avoir écar­té des pro­po­si­tions lu­cra­tives, no­tam­ment de Trab­zon­spor ( Tur­quie), il est prêt à pa­tien­ter pour re­joindre un cham­pion­nat plus al­lé­chant, comme la Bun­des­li­ga.

( AFP.)

Stade de la Route- de- Lo­rient ( Rennes), di­manche. Ba­fé­tim­bi Go­mis.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.