LesB­leus­ne­se­sont­pas en­flam­més­long­temps

Tour­noi­desSixNa­tions

Le Parisien (Paris) - - Sports - OLI­VIER FRAN­ÇOIS

« Pa­pa, mer­ci, c’est mon plus beau cadeau ! » Au mo­ment de souf­fler ses 10 bou­gies, Hu­go Szar­zews­ki s’adresse fiè­re­ment à son père. Di­manche, dans la mai­son fa­mi­liale en ban­lieue pa­ri­sienne, une chasse au tré­sor a été or­ga­ni­sée pour son an­ni­ver­saire mais le tout jeune rug­by­man du Ra­cing est en­core sur un nuage et re­vient sur les images de la veille. Car il était dans les tri­bunes du Stade de France quand Di­mi­tri a sprin­té, dé­li­vrant à Gaël Fi­ckou un mo­dèle de passe pour l’es­sai de la gagne face aux An­glais ( 26- 24). Un mo­ment in­ou­bliable. « Le len­de­main, c’était lui la ve­dette, ri­gole le ta­lon­neur. Ça m’a fait du bien cette jour­née en fa­mille. Ça m’a per­mis de dé­com­pres­ser. Tout le monde était heu­reux. Si on avait per­du, ç’au­rait été très, très dur… »

Le ca­pi­taine du Ra­cing tra­duit un sentiment gé­né­ral. Ce suc­cès, ac­quis du bout des doigts alors que tout sem­blait per­du, a li­bé­ré les Bleus mais ne les a pas to­ta­le­ment ras­su­rés. « Au coup de sif­flet fi­nal, on a tous ex­plo­sé de joie, ra­conte le de­mi de mê­lée Jean- Marc Dous­sain. Mais dès notre re­tour au ves­tiaire, on s’est mon­trés plus me­su­rés. Car on a beau­coup su­bi pen­dant le match. Il y a en­core du pain sur la planche. » nLe Le ban­quet d’après- match, au­quel étaient conviées les épouses, s’est dé­rou­lé sans ef­fu­sions par­ti­cu­liè- res. La dé­lé­ga­tion a en­suite re­joint l’hô­tel Con­corde Saint- La­zare ( VIIIe ar­ron­dis­se­ment) en bus. « Nous étions fa­ti­gués, mâ­chés, sou­ligne Yan­nick Nyan­ga. Nous nous sommes vite cou­chés. » Cha­cun a pas­sé la jour­née avec les siens, di­manche, avant de re­trou­ver, à 18 h 30, le centre d’en­traî­ne­ment à Mar­cous­sis. Au pro­gramme : éti­re­ments, mas­sages, pis­cine, puis dî­ner. Hier, le mot d’ordre était tou­jours « ré­cu­pé­ra­tion » avec France - An­gle­terre en vi­déo.

C’est au­jourd’hui que les Bleus bas­culent vé­ri­ta­ble­ment sur le pro­chain ren­dez- vous, la ve­nue de l’Ita­lie di­manche à Saint- De­nis. « Il y a peut- être plus de sou­rires mais per­sonne ne veut s’en­flam­mer, confie Ra­bah Sli­ma­ni. Les Ita­liens ont beau­coup pro­gres­sé. » « Si on ar­rive la fleur au fu­sil, on se­ra en grand dan­ger, ajoute Szar­zews­ki. C’est le meilleur moyen de se ti­rer une balle dans chaque pied… » Hier. Séance de car­dio et vi­déo. Le troi­sième ligne pa­ri­sien An­toine Bur­ban, bles­sé aux is­chio- jam­biers, a été rem­pla­cé par le Cas­trais Ibra­him Diar­ra ( 30 ans, 1 sé­lec­tion) au sein du groupe des 30 joueurs. Au­jourd’hui. En­traî­ne­ment et mus­cu­la­tion. Ren­dez- vous. France - Ita­lie, di­manche, 16 heures ( France 2) au Stade de France.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.