Les­pros­ti­tuées­chi­noi­ses­pas­saient pa­ru­nea­gen­ce­de­voyage

Trois­proxé­nè­te­son­té­téin­ter­pel­lés

Le Parisien (Paris) - - Paris - STÉ­PHANE SELLAMI

Pour as­su­rer le pas­sage de leurs pros­ti­tuées en France, les com­man­di­taires d’un vaste réseau de proxé­né­tisme s’étaient ados­sés à une agence de voyage aux mé­thodes bien par­ti­cu­lières… Les po­li­ciers de la Bri­gade de ré­pres­sion du proxé­né­tisme ( BRP) et de la Di­rec­tion du ren­sei­gne­ment de la pré­fec­ture de po­lice ( DRPP) de Pa­ris viennent de mettre au jour les ac­ti­vi­tés de cette or­ga­ni­sa­tion.

Elles ob­te­naient tous les pa­piers né­ces­saires à leur exil”

Une source proche de l’af­faire

Un homme et une femme, âgés de 23 et 28 ans, de na­tio­na­li­té chi­noise, do­mi­ci­liés dans les IIIe et XIIe ar­ron­dis­se­ments, ont été écroués dans les pri­sons de Fresnes ( Val- de- Marne) et Fleu­ry- Mé­ro­gis ( Es­sonne), à la fin de ce mois de jan­vier. Une troi­sième com­plice, âgée de 43 ans, ori­gi­naire du XIXe, a été mise en exa­men, avant d’être pla­cée sous contrôle ju­di­ciaire.

Les trois sus­pects sont soup­çon­nés d’avoir ré­cep­tion­né, de­puis le mois de sep­tembre, une di­zaine de jeunes chi­noises, ve­nues dans la ca­pi­tale pour se pros­ti­tuer. Ces der­nières étaient lo­gées rue du Châ­teau d’Eau ( Xe) et avenue Se­cré­tan ( XIXe), où elles re­ce­vaient éga­le­ment leurs clients contac­tés via Internet. « Elles étaient contraintes de faire com­merce de leurs charmes pour rem­bour­ser le prix de leur ve­nue en France, in­dique une source proche de l’af­faire. Ce voyage leur était fac­tu­ré entre 7 000 € et 18 000 €. Elles ob­te­naient tous les pa­piers né­ces­saires à leur exil, via une agence de voyage qui n’en avait que le nom. »

Les po­li­ciers de la BRP et de la DRPP ont dé­cou­vert que cette agen- ce, im­plan­tée dans la ville de She­nyang dans la pro­vince du Liao­ning, dans le Nord- Est de la Chine, ser­vait no­tam­ment à four­nir des vi­sas de tou­risme aux can­di­dates à l’im­mi­gra­tion. « Ces vi­sas étaient ob­te­nus au­près du con­su­lat d’Ita­lie à Can­ton, pour­suit la même source. Cette re­pré­sen­ta­tion di­plo­ma­tique se mon­trait peu re­gar­dante. Les pa­piers qui lui étaient four­nis tels que les cer­ti­fi­cats de ré­si­dence en France ou bien en­core les jus­ti­fi­ca­tifs d’em­bauche dans un sa­lon de cos­mé­tique à Pa­ris étaient des faux. Par ailleurs, l’en­tre­tien obli­ga­toire entre le can­di­dat à l’exil et les au­to­ri­tés consu­laires n’avait pas lieu. » Un des proxé­nètes in­ter­pel­lé a pré­ci­sé qu’il avait gé­ré les ac­ti­vi­tés de deux pros­ti­tuées ori­gi­naires de l’Em­pire du Mi­lieu, pen­dant deux mois, pour un bé­né­fice es­ti­mé à 10 000 €.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.