« On peut éco­no­mi­ser 200 M€ ! »

Gé­rard Bapt, dé­pu­té PS de Haute- Ga­ronne

Le Parisien (Paris) - - Economie - Pro­pos re­cueillis par D. R.

Com­bat­tant de la pre­mière heure dans l’af­faire du Me­dia­tor, Gé­rard Bapt s’est mo­bi­li­sé dès août 2012 sur le dos­sier Lu­cen­tis car, dit- il, « il y a ur­gence à faire des éco­no­mies et à stop­per les gas­pillages » . Vous ve­nez d’in­ter­pel­ler les au­to­ri­tés, quelle est leur ré­ponse ? GÉ­RARD BAPT. J’ai écrit, le 10 dé­cembre der­nier, au nou­veau di­rec­teur gé­né­ral de la San­té, pour lui de­man­der d’an­nu­ler l’ins­truc­tion du 11 juillet 2012 em­pê­chant, de fait, d’uti­li­ser l’Avas­tin dans le trai­te­ment de la DMLA. Je lui en ai re­par­ler mi­jan­vier. Main­te­nant que l’on a l’étude fran­çaise Ge­fal qui dé­montre l’équi­va­lence entre Avas- tin et Lu­cen­tis, et main­te­nant que la Cour eu­ro­péenne de Jus­tice a li­bé­ré le ter­rain ju­ri­dique au­to­ri­sant les in­jec­tions d’Avas­tin, il faut agir. Mais je n’ai pas de re­tour pour l’ins­tant. Que pro­po­sez­vous ? Il faut agir sur le plan ju­ri­dique. Met­tons fin à une rente en ac­cor­dant une au­to­ri­sa­tion à l’Avas­tin pour rai­son éco­no­mique, comme la loi fran­çaise l’au­to­rise do­ré­na­vant. Mais agis­sons aus­si sur les prix. On peut éco­no­mi­ser 200 M€ dés 2014 sur les 500 M€ de dé­penses pré­vues. Que vous ins­pirent les pra­tiques de No­var­tis et Roche ? Ils se conduisent comme des co­pains co­quins. Les ca­pi­taux de ces la­bo­ra­toires sont liés et faussent la concur­rence. Il est in­ad­mis­sible que les pou­voirs pu­blics, les payeurs soient pris au piège d’un mé­di­ca­ment dis­po­sant de fait d’un mo­no­pole. Les au­to­ri­tés sa­ni­taires doivent agir sur ces com­por­te­ments, et là il y a une pos­si­bi­li­té. Com­ment ana­ly­sez- vous, en tant que dé­pu­té, le re­tard dans la pu­bli­ca­tion du dé­cret pré­vu dans le texte vo­té en dé­cembre 2012 ? Ce dé­cret n’est tou­jours pas sor­ti. Il vise en­ca­drer les condi­tions d’at­tri­bu­tion d’une au­to­ri­sa­tion ex­cep­tion­nelle d’uti­li­sa­tion d’un mé­di­ca­ment hors au­to­ri­sa­tion de mise sur le mar­ché ( AMM). Je pense que ce re­tard est lié à des hésitations, no­tam­ment face au risque de se faire re­to­quer en jus­tice.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.