Une ex­pé­ri­men­ta­tion avant la fin de l’an­née

Le Parisien (Paris) - - Société - F. M.

« O n ne peut pas pas­ser à cô­té de me­sures qui per­met­traient de ré­duire la mor­ta­li­té sur les routes et c’est pour­quoi la ré­duc­tion de la vi­tesse sur les ré­seaux se­con­daires se­ra étu­diée cette an­née. Mais il s’agit de convaincre les Fran­çais et il faut donc se don­ner le temps de l’ex­pé­ri­men­ta­tion. » Le 21 jan­vier, après s’être fé­li­ci­té d’une baisse re­cord de 11 % du nombre de tués sur les routes en 2013, le mi­nistre de l’In­té­rieur, Ma­nuel Valls, a an­non­cé que plu­sieurs dé­par­te­ments tes­te­raient cette me­sure cette an­née. Le gou­ver­ne­ment lais­se­ra pas­ser les mu­ni­ci­pales, mais un co­mi­té in­ter­mi­nis­té­riel pour­rait va­li­der cette ex­pé­rience avant l’été. Le co­mi­té des ex­perts du Conseil na­tio­nal de la sé­cu­ri­té rou­tière ( CNSR) est en train de plan­cher sur le su­jet, qui se­ra évo­qué la semaine pro­chaine. Dans une note dé­taillée que nous nous sommes pro­cu­rée, l’un de ces ex­perts, Claude Got, sug­gère deux pistes d’ex­pé­ri­men­ta­tion. nDes dé­par­te­ments pi­lotes ? La pre­mière, qui a ses fa­veurs, consis­te­rait à ré­duire les vi­tesses dans tous les dé­par­te­ments pen­dant deux an­nées. « Si tous les dé­par­te­ments sont concer­nés, ce­la ne po­se­ra au­cun pro­blème de droit. Une simple modification du Code de la route fixe­ra à 80 km/ h la vi­tesse maxi­male sur les voies bi­di­rec­tion­nelles. » Claude Got sou­ligne que « le pas­sage de 60 à 50 km/ h en ag­glo­mé­ra­tion en 1990 » n’avait pas pro­vo­qué « de ré­vo­lu­tion dans les ha­bi­tacles » . Mais « il fau­drait alors chan­ger tous les pan­neaux de si­gna­li­sa­tion et toutes les car­to­gra­phies GPS » , note un res­pon­sable de la Sé­cu­ri­té rou­tière. Ex­pé­ri­men­ter la me­sure sur quelques dé­par­te­ments pi­lotes semble plus simple à mettre en oeuvre. C’est la se­conde op­tion pro­po­sée par Claude Got. « Si le gou­ver­ne­ment fait ce choix, le plus per­ti­nent se­rait d’op­ter pour des dé­par­te­ments où la mor­ta­li­té sur le réseau bi­di­rec­tion­nel est la plus éle­vée. Le nombre de dé­par­te­ments re­te­nus de­vra alors être suf­fi­sam­ment im­por­tant pour as­su­rer une va­li­di­té sta­tis­tique. » Claude Got es­time qu’il fau­drait tes­ter la me­sure sur au moins 39 dé­par­te­ments. Pas ques­tion, en re­vanche, de re­te­nir l’op­tion d’une baisse des vi­tesses « sur la base du vo­lon­ta­riat » . Si le cadre n’est pas contraint et qu’il n’y a pas de sanc­tion en cas de dé­pas­se­ment des 80 km/ h, l’ex­pert du CNSR craint qu’une « frac­tion im­por­tante des usa­gers ne res­pecte pas » la nou­velle vi­tesse maxi­male au­to­ri­sée. Le dé­pu­té so­cia­liste du Bas- Rhin Ar­mand Jung, qui pré­side le Conseil na­tio­nal de la sé­cu­ri­té rou­tière, exige, de son cô­té, une « ex­pé­ri­men­ta­tion sé­rieuse qui per­mette de four­nir des don­nées ob­jec­tives et in­con­tes­tables » . « Il fau­dra le faire sur une du­rée suf­fi­sam­ment si­gni­fi­ca­tive, ajoute un res­pon­sable de la Sé­cu­ri­té rou­tière, car en des­sous d’un an de test, on ne pour­ra pas en ti­rer de conclu­sion. »

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.