Mè­re­de­fa­mil­le­nom­breuse etin­fan­ti­cide

Fin dé­cembre, dans les Landes, Flo­riane avait ré­vé­lé avoir noyé son­qua­trième en­fant. Les ca­da­vres­de­deux­de­ses­bé­bés­pré­su­més viennent d’être dé­cou­verts.

Le Parisien (Paris) - - Faitsdivers - JÉ­RÔME SAGE ( AVEC ST. S)

Al’ori­gine de la dé­cou­verte de deux ca­davres de nour­ris­sons, dans un sac- pou­belle au fond d’un fos­sé dans une ferme de Saint- Lou­bouer ( Landes), il y a une femme qui a vou­lu sou­la­ger sa conscience. Et qui par là a re­mué dans la ré­gion, à une ving­taine de ki­lo­mètres au sud de Mont- de- Mar­san, les sou­ve­nirs d’un drame : fin dé­cembre, le vil­lage de Serres- Gaston, à une poi­gnée de ki­lo­mètres de Saint- Lou­bouer, dé­cou­vrait que Flo­riane, 28 ans, avait avoué avoir tué un nou­veau- né. Un nour­ris­son pré­nom­mé Ni­co­las qui au­rait été, se­lon les dé­cla­ra­tions de sa mère, noyé en sep­tembre 2013 dans le lac voi­sin d’Agès, moins de vingt- quatre heures après sa nais­sance.

En dé­cembre, le com­pa­gnon de la jeune femme, Ro­main, avait af­fir­mé ne pas avoir été au cou­rant de cet ho­mi­cide, sa com­pagne et lui ayant seule­ment dé­ci­dé de confier cet en­fant à l’As­sis­tance pu­blique. In­for­mée de ce choix, la mère de Ro­main, vou­lant ré­cu­pé­rer Ni­co­las, s’était ren­sei­gnée au­près de l’aide à l’en­fance. N’ayant trou­vé au­cune trace de cet aban­don, elle avait don­né l’alerte.

Flo­riane a été mise en exa­men pour « ho­mi­cide vo­lon­taire sur as­cen­dant de moins de 15 ans » . En clair, pour in­fan­ti­cide. Son concu­bin, Ro­main, a été lais­sé libre, mis hors de cause. Quant au corps de Ni­co­las, pré­ten­du­ment lais­sé dans les eaux du lac, il n’a ja­mais été re­trou­vé. De lui ne sub­sis­tait qu’une mèche de che­veux, conser­vée par le couple en sou­ve­nir d’un en­fant — leur qua­trième— qu’ils n’avaient pas les moyens d’éle­ver. Elle ne tra­vaillait pas, lui était au chô­mage et al­coo­lique.

Le re­bon­dis­se­ment est, en­core une fois, ve­nu de la mère de Ro­main. Après la dé­cou­verte de ces faits, celle- ci a ob­te­nu la garde des trois pre­miers en­fants du couple, un gar­çon de 6 ans, Louis, et deux fillettes de 5 et 2 ans, Char­lotte et Ch­loé. Une grand- mère sui­vie, dans cette charge, par le conseil gé­né­ral des Landes.

nUne

quin­zaine de mois au congé­la­teur

La semaine der­nière, elle s’est ain­si confiée à une psy­cho­logue, an­non­çant qu’avant Ni­co­las une autre nais­sance a pu être dis­si­mu­lée. Des révélations trans­mises au par­quet de Mont- de- Mar­san, qui, ven­dre­di, a en­ten­du Ro­main et sa mère.

De ces au­di­tions, il res­sort qu’un autre en­fant était bien né en août 2012. Se­lon Jean- Phi­lippe Ré­cap­pé, le pro­cu­reur, le com­pa­gnon de Flo­riane « en a eu connais­sance en sep­tembre 2012 » , en dé­cou­vrant le corps du bébé dans le congé­la­teur de leur do­mi­cile de Serres- Gaston. Ils l’y au­raient lais­sé une quin­zaine de mois, avant que l’en­quête ouverte en dé­cembre ne fasse craindre au couple d’être dé­cou­vert.

Lun­di après- mi­di, c’est dans la pro­prié­té des pa­rents de Flo­riane que les gen­darmes ont trou­vé les corps des deux nour­ris­sons, qui se­ront au­top­siés au­jourd’hui. Dans la fou­lée, Ro­main a été mis en exa­men pour non- dé­non­cia­tion de crime et re­cel de ca­davre, puis écroué, lais­sant le vil­lage dans l’in­com­pré­hen­sion face à ce qu’une voi­sine ap­pelle « une mé­chante his­toire » , dans la­quelle per­sonne n’a rien vu.

« Cette femme n’al­lait pas bien. Elle avait tant d’amour pour son com­pa­gnon que ce­la a pu la pous­ser à com­mettre des actes fous. Cette si­tua­tion, ajou­tée à la dé­tresse ma­té­rielle du couple, l’a dé­pas­sée » , confie Me Pierre Bla­zy, avo­cat de Flo­riane, qui doit être en­ten­due sur ce re­bon­dis­se­ment.

Saint- Lou­bouer ( Landes), hier. Les gen­darmes ar­rivent dans la pro­prié­té des pa­rents de la mère in­fan­ti­cide. C’est là que les corps des deux nour­ris­sons ont été re­trou­vés.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.