Le par­cours du com­bat­tant de Va­rane

Bles­sé de puis la fin no­vembre, le Ma­dri­lèn e are joué di­manche

Le Parisien (Paris) - - Sports - ro­nAn FoLGoAS

t om­ber sept fois, se re­le­ver huit. C’est l’his­toire de Ra­phaël Va­rane, 20 ans, dé­fen­seur cen­tral du Real Ma­drid et de l’équipe de France ( 4 sé­lec­tions chez les A), bles­sé à un ge­nou en mai der­nier, opé­ré, re­mis sur pied puis à nou­veau bles­sé et en­fin de re­tour sur les ter­rains de­puis quelques jours. On re­prend dans l’ordre. Son par­cours du com­bat­tant com­mence donc au prin­temps der­nier, à la cli­nique de Bou­jan- sur- Li­bron ( Hé­rault). Hen­ri Sil­bert, un chi­rur­gien en qui Va­rane a toute confiance, lui re­tire le mé­nisque ex­terne du ge­nou droit. L’in­ter­ven­tion est clas­sique mais dé­bouche sur des com­pli­ca­tions. La ré­édu­ca­tion a- t- elle été par­fai­te­ment me­née ?

En tout cas, lors de son re­tour en Li­ga, en sep­tembre, la dou­leur est te­nace et l’em­pêche de cou­rir li­bre­ment. Les car­ti­lages du ti­bia frottent contre ceux du fé­mur. Pour te­nir sa place contre l’Ukraine, lors du bar­rage re­tour qua­li­fi­ca­tif pour le Mon­dial ( vic­toire 3- 0) le 19 no­vembre, l’exLen­sois fait l’ob­jet d’une infiltration réa­li­sée par le corps mé­di­cal de l’équipe de France. Elle porte ses fruits à court terme, mais ne ré­sout pas le pro­blème de fond. « Après le match contre l’Ukraine, un vé­ri­table trai­te­ment a été mis en place par le staff mé­di­cal du Real, ré­vèle Franck Le Gall, médecin des Bleus. Ra­phaël a ob­ser­vé un re­pos com­plet de six se­maines, le temps d’éteindre le phé­no­mène in­flam­ma­toire avant de re­prendre un tra­vail ath­lé­tique éta­lé sur quatre se­maines. »

de­vrait être ti­tu­laire sa­me­di

Avant Noël, une réunion de crise est or­ga­ni­sée à Ma­drid. Le pro­fes­seur Sil­bert y par­ti­cipe. Tout comme Zi­ne­dine Zi­dane, l’en­traî­neur ad­joint du Real. A cette oc­ca­sion, une in­ter­ven­tion mé­di­cale, bé­nigne mais in­cer­taine, est dé­ci­dée. Il s’agit d’une vis­co­sup­plé­men­ta­tion. Un li­quide est in­jec­té dans le ge­nou. Il doit per­mettre de « hui­ler » l’ar­ti­cu­la­tion. Au Real, on croise les doigts. A Pa­ris aus­si. C’est la pé­riode de vé­ri­té. Si la dou­leur re­vient au ga­lop, l’ave­nir s’obs­cur­cit à nou­veau et le Mon­dial en juin pro­chain s’éloigne. Heu­reu­se­ment, les pre­miers si­gnaux sont po­si­tifs. In­té­gré au groupe ma­dri­lène di­manche, Va­rane a dis­pu­té les trois der­nières mi­nutes de la ren­contre contre l’Ath­le­tic Bil­bao.

Mais la pru­dence reste de mise. « Nous de­vons être vi­gi­lants avec Ra­phaël, parce qu’il ne peut pas jouer tous les trois jours, a ex­pli­qué Car­lo An­ce­lot­ti, l’en­traî­neur des Me­rengue, en fin de semaine der­nière. S’il joue un match, il faut lui don­ner une semaine de re­pos pour que son ge­nou ne connaisse pas une nou­velle in­flam­ma­tion. » Ce soir, il de­vrait prendre place sur le banc de touche du Real à l’oc­ca­sion du der­by ma­dri­lène face à l’At­le­ti­co, en Coupe du Roi. Son grand re­tour comme ti­tu­laire est pré­vu sa­me­di en cham­pion­nat face à Villar­real. Le che­min est en­core pa­vé d’in­cer­ti­tudes. Mais l’es­poir d’une gué­ri­son pleine et en­tière guide à nou­veau ses pas.

( Icon Sport/ Ra­fa Mar­ro­dan.)

Stade San mames ( Bil­bao), di­manche. Ra­phaël Va­rane, long­temps bles­sé à un ge­nou, a fait son re­tour sur les ter­rains : le dé­fen­seur cen­tral a joué les trois der­nières mi­nutes du match entre l’Ath­le­tic et le Real Ma­drid ( 1- 1).

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.