« Des­gens­sont­sur­pris­que­je­ga­gne­del’ar­gent »

Mag­daK­ra­li­ko­va, vol­leyeu­se­pro­fes­sion­nelle

Le Parisien (Paris) - - Sports Ile- De- France - J. L.

pas de week- end, on s’en­traîne tous les jours, même pen­dant les va­cances, on doit s’en­tre­te­nir et faire at­ten­tion à ce qu’on mange. » nDes Si, au dé­but de sa car­rière en Ré­pu­blique tchèque, mal­gré un sa­laire de 100 €, la grande blonde a suc­com­bé à quelques fo­lies ( « j’ai ache­té une ving­taine de paires de chaus­sures ma pre­mière an­née pro » ) , elle a, de­puis, ten­dance à mettre des sous de cô­té. D’au­tant que la joueuse a connu la ga­lère. Quand elle a dé­bar­qué à La Ro­chette en 2009, le club a mis la clé sous la porte. En Es­pagne, elle n’a pas été payée pen­dant deux mois. « Il me res­tait 40 cen­times dans mon porte- mon­naie » , se sou­vient- elle. APa­ris, le club lui paye le loyer de son pe­tit ap­par­te­ment ( XVe). Son sa­laire ( 1 800 € net) la place par­mi les cadres de l’équipe. La grande par­tie de ses re­ve­nus est pla­cée pour ache­ter « un ap­par­te­ment en Ré­pu­blique tchèque ou en Es­pagne » . Elle a éga­le­ment prê­té de l’ar­gent à son grand frère. « Mon seul luxe est de pou­voir ai­der ma fa­mille si be­soin » , dit- elle.

jours de ga­lère

Pa­ris, le 1er fé­vrier. Mag­da Kra­li­ko­va joue à Pa­ris de­puis la sai­son der­nière.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.