« Le­sé­co­lo­gis­tes­ne­sont pas­no­sad­ver­saires »

YannWehr­ling, ex- Verts, le­mem­bre­du MoDem­sou­tientNa­tha­lieKos­cius­ko- Mo­ri­zet ( UMP)

Le Parisien (Paris) - - Le Journal de Paris - Pro­pos re­cueillis par MA­RIE- ANNE GAIRAUD

Tri des dé­chets, lutte contre la pol­lu­tion de l’air, créa­tion d’un mil­lion de mètres car­rés d’es­paces verts… Hier ma­tin, Na­tha­lie Kos­cius­ko- Mo­ri­zet a pré­sen­té ses pro­jets éco­lo­giques de­vant la presse. Elle était ac­com­pa­gnée d’un pe­tit nou­veau dans le mi­lieu po­li­tique pa­ri­sien : Yann Wehr­ling, an­cien se­cré­taire na­tio­nal des Verts, pas­sé de­puis au Mo­Dem. Vous avez com­men­cé votre car­rière po­li­tique chez les Verts. Pour­quoi avez- vous choi­si de re­joindre Na­tha­lie Kos­cius­koMo­ri­zet ? YANN WEHR­LING. J’es­time que NKM est sin­cè­re­ment en­ga­gée sur les ques­tions d’éco­lo­gie. Elle l’a dé­mon­tré à la fois en tant que dé­pu­tée et mi­nistre. Et pour moi qui suis dans l’éco­lo­gie po­li­tique de­puis long­temps, au­jourd’hui l’im­por­tant, c’est de choi­sir des par­te­naires qui ont des convic­tions. Des élus éco­lo­gistes ont été aux com­mandes de la mai­rie de Pa­ris pen­dant treize ans. En quoi vos an­ciens par­te­naires ont- ils failli en ma­tière d’éco­lo­gie ur­baine ? Je ne dis pas qu’ils ont failli ! Ils ont fait ce qu’ils ont pu avec des par­te­naires, les so­cia­listes, qui ne sont pas convain­cus par les ques­tions d’éco­lo­gie. Les éco­los ont réa­li­sé des choses ! En ma­tière de trans­ports no­tam­ment, De­nis Bau­pin a fait un gros tra­vail. Mais dès que les so­cia­listes ont pu évin­cer les Verts de ce por­te­feuille, ils l’ont fait. Dès qu’ils le peuvent, ils en font moins sur les ques­tions d’éco­lo­gie et les Verts en payent l’ad­di­tion. Les Verts ne sont pas des ad­ver­saires. Bien au contraire ! Pour­tant, se­lon NKM, la po­li­tique an­ti- voi­ture, les amé­na­ge­ments des bou­le­vards Saint- Mar­cel, Ma­gen­ta, Mont­par­nasse n’ont pas été ef­fi­caces… C’est vrai qu’il y a eu une am­bi­guï­té pro­fonde dans ce qui a été fait. Si on es­time que la cir­cu­la­tion au­to­mo­bile pose un pro­blème et qu’on dé­clare la guerre aux voi­tures, dans ce cas, on ferme l’ac­cès de la ville aux voi­tures. On ne les laisse pas ren­trer comme c’est le cas au­jourd’hui en les coin­çant dans des em­bou­teillages mons­trueux qui en­gendrent de la pol­lu­tion. Alors que pro­po­sez- vous ? Notre prin­cipe, ce n’est pas « au­to­mo­bile » ou « pas au­to­mo­bile » . C’est « pol­lu­tion de l’air » ou « pas de pol­lu­tion de l’air » . La voi­ture dans la ville, si elle n’est pas pol­luante, pose évi­dem­ment moins de pro­blèmes. Nous pro­po­sons donc de faire un ac­cès à la ville dif­fé­ren­cié en fonc­tion du de­gré de pol­lu­tion du vé­hi­cule. Et pa­ral­lè­le­ment, nous dé­ve­lop­pons des al­ter­na­tives : trans­ports en com­mun, vé­lo, marche à pied, co­voi­tu­rage…

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.