Médecin, pro­fes­sion à risque

Le Parisien (Paris) - - Lefaitdujour - DA­NIEL ROSENWEG

Le 18 fé­vrier se­ra pour beau­coup de mé­de­cins un « jour noir » . Ce jour­là, à l’ap­pel de la jeune Union fran­çaise pour une mé­de­cine libre ( UFML), qui compte 4 500 adhé­rents, ils sont in­vi­tés à cou­vrir leur plaque pro­fes­sion­nelle d’un tis­su noir. Ob­jec­tif ? « Le­ver le ta­bou du sui­cide et du burn- out dans notre pro­fes­sion » , ex­plique Jé­rôme Mar­ty. Pré­sident de l’UFML, il rap­pelle que « le taux de sui­cide chez les mé­de­cins li­bé­raux est 2,5 fois su­pé­rieur à ce­lui de la po­pu­la­tion gé­né­rale chez les 30- 60 ans » . Un chiffre ti­ré de l’étude réa­li­sée en 2009 par le doc­teur Yves Léo­pold, médecin gé­né­ra­liste à Avi­gnon.

nUn risque sé­rieux de bur­nout pour un tiers des doc­teurs

Un phé­no­mène connu dans la pro­fes­sion : « En vingt- cinq ans de car­rière, j’ai vu cinq mé­de­cins se sui­ci­der » , ra­conte Jean- Loup Du­rous­set, pré­sident de la Fé­dé­ra­tion de l’hos­pi­ta­li­sa­tion pri­vée. L’an der­nier, l’as­so­cia­tion Ass­pro, spé­cia­li­sée dans la pré­ven­tion du risque mé­di­co- lé­gal dans les pro­fes­sions de san­té, a en­quê­té au­près de ses 6 000 membres. « 29 % des mé­de­cins es­timent avoir un risque sé­rieux de burn- out. Le taux grimpe à 40 % par­mi les chi­rur­giens, anes­thé­sistes et obs­té­tri­ciens » , ex­plique l’un des au­teurs de l’étude, le doc­teur An­toine Wa­tre­lot. En cause : « Le vo­lume de tra­vail, la res­pon­sa­bi­li­té, la peur de la plainte, la ré­gle­men­ta­tion com­plexe et le fait que le médecin est des­cen­du de son pié­des­tal. » Les gé­né­ra­listes ne sont pas épar­gnés : un sur dix se di­sait en « dé­tresse psy­cho­lo­gique » , se­lon une autre en­quête me­née en 2010 par la di­rec­tion des études du mi­nis­tère de la San­té ( Dress). Le Conseil na­tio­nal de l’ordre des mé­de­cins reste pru­dent à l’égard des chiffres, mais il pré­pare une « charte » pour « fé­dé­rer toutes les ini­tia­tives » d’aide et de sou­tien aux mé­de­cins. « Nous avons bien com­pris que le pro­blème est im­por­tant » , ad­met le doc­teur Jean- Pierre Gic­quel, pré­sident du ser­vice d’entraide à l’ordre.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.