Le par­ti des mu­sul­mans veut conqué­rir Bo­bi­gny

L’union des dé­mo­crates mu­sul­mans fran­çais( UDMF) mise surle vote com­mu­nau­taire.

Le Parisien (Paris) - - Politique - BO­BI­GNY ( SEINE- SAINT- DE­NIS) AU­RÉ­LIE LEBELLE

Ils rêvent d’un grand mee­ting mi­fé­vrier dans le sous- sol du Sé­na­teur, la bras­se­rie phare de la ci­té Karl- Marx, en plein coeur de Bo­bi­gny ( Seine- Saint- De­nis). Une soi­rée pour « faire le buzz » dans les quar­tiers au­tour d’une liste en­core peu connue : celle de l’Union des dé­mo­crates mu­sul­mans fran­çais ( UDMF). Lan­cé en no­vembre 2012, ce par­ti com­mu­nau­taire qui compte dans ses rangs plus de 600 adhé­rents es­père grap­piller des voix en France dans les an­nées à ve­nir. Et pas seule­ment celles des mu­sul­mans. Mais, d’ici là, l’UDMF a choi­si de mi­ser sur Ka­mal Moum­ni, 29 ans, un ga­min des tours du quar­tier Karl- Marx, comme il dit, pour « mar­quer le coup » et pro­mou­voir la seule fu­ture liste du par­ti aux élec­tions mu­ni­ci­pales.

Cer­tains co­lis­tiers ont je­té l’éponge

Pas fa­cile pour lui de s’im­po­ser sur les mar­chés dans une ville his­to­ri­que­ment com­mu­niste. Cer­tains de ses co­lis­tiers ont d’ailleurs je­té l’éponge ces der­nières se­maines, vic­times de me­naces ou d’in­sultes, disent- ils. Lui, il a re­fu­sé l’ap­pel du pied d’un autre par­ti qui l’in­vi­tait à re­joindre ses rangs. « On voit bien que ce­la fait peur et qu’on sou­haite que nous ne pré­sen­tions pas de liste, lâche le can­di­dat, qui a mis son job de chauffeur en stand- by le temps de la cam­pagne. Après, si le nom du par­ti peut ap­pa­raître comme une pro­vo­ca­tion, il faut rap­pe­ler qu’il existe en France un Par­ti chré­tien­dé­mo­crate ( NDLR : dont Ch­ris­tine Bou­tin est pré­si­dente d’hon­neur) et que ce­la ne choque per­sonne. »

Sur les dalles de la ville- pré­fec­ture, on s’in­ter­roge sur ce nou­veau par­ti. Au­ront- ils suf­fi­sam­ment de poids pour pro­po­ser une liste ? Tous les autres can­di­dats ba­laient la ques­tion d’un non ca­té­go­rique. M’ham­med Hen­niche, le pré­sident de l’Union des as­so­cia­tions mu­sul­manes de Seine- Saint- De­nis ( UAM93), les dé­crit sur­tout comme « des ov­nis qui peinent à se faire connaître et qui peuvent ef­frayer les per­sonnes qui ont un sen­ti­ment d’is­la­mo­pho­bie » .

Au mi­nis­tère de l’In­té­rieur, on s’in­quiète jus­te­ment de la mul­ti­pli­ca­tion de ces mi­ni- listes com­mu­nau­ta­ristes qui tentent de s’in­vi­ter dans la cam­pagne, « dans le Nord- Pasde- Ca­lais, le Sud- Est ou la ban­lieue pa­ri­sienne » , rap­portent les pré­fec­tures concer­nées. « Ces par­tis iden­ti­taires sont voués à l’échec » , re­la­ti­vise Hen­niche.

Pas pour le fon­da­teur de l’UDMF, Na­gid Azer­gui, qui di­rige son pou­lain sur le ter­rain. Son nou­veau par­ti, es­time- t- il, met les pieds dans le plat, alors même que « l’is­lam est de­ve­nu un thème de cam­pagne ré­cur­rent » . Alors, pour « faire par­ler la ma­jo­ri­té si­len­cieuse des mu­sul­mans » , Na­gid Azer­gui et Ka­mal Moum­ni vont à la ren­contre de la jeu­nesse des quar­tiers. Celle qui, en 2008, ne s’était pas dé­pla­cée jus­qu’aux urnes. « Cer­tains ont pris la carte d’élec­teur pour pou­voir vo­ter pour moi, as­sure- t- il. Il y a une vraie at­tente dans ces ci­tés, car les par­tis tra­di­tion­nels sont com­plè­te­ment étran­gers aux réa­li­tés de leur vie quo­ti­dienne. » Son grand pro­jet pour la ville ? Créer à Bo­bi­gny un grand mu­sée de l’his­toire co­lo­niale.

Bo­bi­gny ( Seine- Saint- De­nis), hier. Ka­mal Moum­ni, tête de liste de l’Union des dé­mo­crates mu­sul­mans de France.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.